LE FESTIVAL DES AMIS FIDÈLES Aldo-Ciccolini-1 Full view

LE FESTIVAL DES AMIS FIDÈLES

50 ans après sa création, le festival Musique en Côte basque remplit toujours de belle musique les églises de Saint-Jean-de-Luz et de sa région.

« Musique en Côte basque est une histoire d’amitié et de fidélité », précise Jean Darnel, directeur artistique du festival qui fête du 29 août au 10 septembre ses cinquante années d’existence. Ce Bayonnais créateur de grands rendez-vous de la musique classique comme les Chorégies d’Orange ou les Fêtes romantiques de Nohant, a choisi comme parrain de cette édition exceptionnelle le grand pianiste italien Aldo Ciccolini. « Aldo est un vieil ami. Il est normal qu’il soit le parrain de ce cinquantième anniversaire car c’est avec lui que tout a commencé ».

Des vacances à Chantaco
En effet, en 1949, Jean Darnel, alors comédien, vient écouter à Biarritz le jeune lauréat du célèbre concours de piano Long Thibaud : Aldo Ciccolini. Dans la loge du pianiste, après le concert, il retrouve Pierre Larramendy également amoureux de musique. Le futur maire de Saint-Jean-de-Luz, aujourd’hui décédé, convie Aldo et Pierre pour des vacances chez lui à Chantaco. « Nous avons passé des moments inoubliables, se souvient Darnel, d’amitié et de musique.»

Larramendy et Darnel travaillent ensemble en septembre 1960 aux festivités du tricentenaire du mariage de Louis XIV avec l’Infante d’Espagne en l’église Saint Jean-Baptiste de Saint-Jean-de-Luz. Costumes, théâtre et musique : la ville vit pendant quelques jours comme sous le règne du roi soleil. Voilà le premier festival né. Trois ans plus tard, Ciccolini donne trois concertos pendant la « Grande semaine de Saint-Jean-de-Luz ».

Dans les années 70-80, le festival réussit à passer outre le manque de financement public, se recentre autour de la musique. Il prend le nom de Musique en Côte basque et s’étend aux alentours : Anglet, Ascain, Bayonne, Biarritz, Ciboure et Urrugne. « Si de nombreux festivals s’arrêtent, explique Jean Darnel, c’est souvent que les lieux des concerts n’en veulent pas. Ici c’est tout les contraire. Les églises de la région veulent donner un concert de qualité à des lieux de qualité. » En effet, le festival reçoit des interprètes légendaires : Arthur Rubinstein, Martha Argerich, Samson François, Michel Plasson, José Van Dam, Barbara Hendricks ou encore Elisabeth Schwartzkopf.

Les stars, toujours présentes
En 2010, les fidèles de festivals sont toujours là. Aldo Ciccolini donnera le 1er septembre à Saint-Jean-de-Luz un récital de piano « Chopin-Moussorgski », et le 8 à Biarritz un concert à deux pianos avec Nicholas Angelich, qui fut son élève. L’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine et le célèbre chœur basque Orfeon Donostiarra interpréteront, le 10, la IXe symphonie de Beethoven, en souvenir de leur première collaboration lors du festival en 1964.

Emotion également pour l’ONBA qui retrouvera son créateur légendaire, le Maestro Roberto Benzi, le 3 septembre pour un programme Debussy et Ravel. Ils seront rejoints par la mezzo-soprano Béatrice Uria Monzon, probablement la meilleure Carmen actuelle, qui a connu le festival dans son enfance puisque son père, le célèbre peintre luzien Antonio Uria Monzon, est l’illustrateur attitré de Musique en Côte basque.

Pour préparer la relève, le festival ne renie pas son amour pour les jeunes talents. Aldo Ciccolini présente cette année un de ses élèves, Gabriele Carcano, jeune pianiste virtuose italien de 24 ans. Il interprète à Urrugne le 31 août des Nocturnes de Chopin et de Fauré, des Lieder de Schubert et le fameux Gaspar de la nuit de Ravel. « Je suis très reconnaissant à Pierre Larramendy d’avoir fait confiance aux jeunes artistes dès les débuts du festivals, confie Jean Darnel. Autour de Musique en Côte Basque, il y a un groupe d’amis, mais ce qui nous réunit avant tout c’est le talent. »

Renseignements au bureau du festival, villa Ducontenia à Saint-Jean-de-Luz. Tél : 05 59 51 19 95 ou www.musiquecotebasque.fr
Réservations aux Offices de tourisme de Saint-Jean-de-Luz, Bayonne et Biarritz. Prix des places : de 19 à 50 euros.

Article paru dans Sud Ouest Dimanche du 29 août 2010 / © DR

Leave a comment