JOYEUX ANNIVERSAIRE FRANZ LISZT jean-frederic-neuburger Full view

JOYEUX ANNIVERSAIRE FRANZ LISZT



REPORTAGE – Le bicentenaire de la naissance de Franz Liszt constitue pour beaucoup d’amateurs de musique l’occasion de percer l’âme et la personnalité de ce compositeur essentiel de l’histoire du classique. La découverte passera sans doute par Saint-Jean-de-Luz et Bayonne, où le festival Musique en Côte basque et l’Académie de musique Maurice-Ravel se déroulent conjointement jusqu’au 11 septembre.

Point de départ : les nombreuses œuvres de Liszt pour piano. N’oubliant pas que le pianiste hongrois, véritable star à son époque, est venu « en tournée » à Bayonne pour deux récitals en 1842, Musique en Côte basque a programmé plusieurs de ses compositions inspirées par les souvenirs de cet infatigable voyageur. L’intégrale des « Années de pèlerinages », cycle évoquant la Suisse et l’Italie, sera interprétée par la franco-lituanienne Mûza Rubackyté, samedi 10 septembre dans le cloître de la cathédrale de Bayonne. Le comédien Alain Carré accompagnera ce récital d’une lecture des notes de voyage de Liszt.La soprano Barbara Hendricks évoquera par la mélodie, vendredi 9 septembre à Saint-Jean-de-Luz, le Liszt parisien qui fut l’ami de Chopin, George Sand, Balzac, etc. Jeudi 1er, à l’église de Ciboure, le trio Wanderer et le clarinettiste Paul Meyer ont démontré l’influence de Liszt sur la musique moderne en jouant Smetana (que Liszt a beaucoup soutenu) et Messiaen, qui s’en est inspiré pour inventer le dodécaphonisme sériel.

Comédie musicale de Ravel

Le 7 septembre à Anglet, en compagnie du quatuor Modigliani, un jeune pianiste évoquera Liszt par sa prestance même : Jean-Frédéric Neuburger, 25 ans, physique élancé et âme de poète. Tout comme Liszt, Neuburger a été un jeune prodige du piano avant d’entamer une brillante carrière le conduisant à courir le monde. L’enseignement représente un autre point commun aux deux musiciens : Neuburger, professeur au Conservatoire supérieur de Paris, est aussi le directeur musical de l’Académie internationale Maurice-Ravel, en charge des master classes dédiées à la musique de chambre. Ces passionnants moments d’échanges entre le maître et les élèves sont ouverts au public (à l’auditorium Maurice-Ravel de Saint-Jean-de-Luz). Le fruit de ce travail sera à découvrir lors des sept concerts proposés par l’Académie. Ceux des 8 et 11 septembre proposeront une perle inouïe : l’opéra « L’Heure espagnole », que Ravel créa il y a tout juste cent ans. Il aura à cette occasion été transcrit pour une formation de chambre par Jean-Frédéric Neuburger qui, comme Liszt, aime s’adonner à cet exercice. « Une telle transcription permet la représentation de « L’Heure espagnole » avec un effectif instrumental modeste, en des lieux plus intimes qu’un théâtre ou un opéra. Il s’agira, en somme, d’une comédie musicale de salon », analyse Neuburger.

Photo : Jean-Frédéric Neuburger – DR

Leave a comment