500 JEUNES POUR L’ONBA Valeriy-2BSokolov-2B-2528c-2529Simon-2BFowler Full view

500 JEUNES POUR L’ONBA

REPORTAGE – L’Orchestre National Bordeaux Aquitaine n’a pas organisé cette année de flashmob, de happening musical dans un quartier de la ville, pour annoncer en fanfare la nouvelle édition « d’Orchestre en fête ». Pour drainer au concert de nouveaux publics, l’un des objectifs de la manifestation, l’ONBA a fait simple et efficace : un concert au programme populaire, au soliste médiatique et des places à 1 euros pour les moins de 26 ans, lors du concert du vendredi 25 novembre. Les « jeunes » ont répondu à l’invitation : 530 de ces places ont été vendues, de quoi remplir plus d’un tiers du Palais des Sports qui peut en contenir 1 458 précisément.

Un jeune violoniste ukrainien
Jeunesse également sur scène avec le violoniste Valeriy Sokolov, 25 ans. Né en Ukraine quelques mois après la catastrophe de Tchernobyl, il est capable d’en rire en disant qu’elle explique peut-être qu’il soit un peu « spécial » ! Il fut en effet d’une étonnante précocité : mis au violon à 5 ans, il faisait des grands concerts en soliste à 11 ans.

Un tempérament volontaire et un travail acharné semble également expliquer une telle carrière : « Je ne me compare pas aux grands violonistes comme Yehudi Menuhin ou Isaac Stern, témoigne-t-il. Je ne suis qu’un musicien sérieux, qui a une vie musicale sérieuse. Je viens d’une famille de non-musiciens mais de travailleurs, et je sais que le talent repose sur 90 % de travail. » À Bordeaux où il est déjà venu plusieurs fois, Valeriy Sokolov interprète avec l’ONBA le Concerto pour violon en ré majeur (opus 35) de Tchaïkovski. Ce tube, récemment au cinéma dans « Le Concert », est au programme du disque que Sokolov vient d’enregistrer pour le label Virgin, avec un résultat aux lignes pures, sérieuses, dans la grande lignée de l’école russe du violon.

Il le dit tout de go : le choix de graver cette pièce est « une idée de la maison de disque qui souhaitait une œuvre populaire ». Pourtant il ne la renie pas car Tchaïkovski est un compositeur dont il aime jouer la musique, les concertos comme la musique de chambre. « Si l’on veut apprendre à jouer un concerto, celui-là comme les autres, il faut jouer la musique de chambre du compositeur. Les quatuors à cordes, les trios, les sextuors… sont d’autres aspects de la personnalité de Tchaïkovski. Il faut les connaître pour arrêter de jouer soi, et commencer à jouer ce que le compositeur veut ».

Le chef Kwame Ryan semble partager cette idée puisqu’il a programmé la 4e symphonie de Tchaïkovski à la suite du Concerto. Les deux œuvres seront précédées de « l’Intermezzo symphonique » de Modeste Moussorgski, une sorte d’apéritif pour commencer ce dîner entièrement russe.

Les jeudi 24 et vendredi 25 novembre, 20 heures Palais des Sports, 6 à 30 €. 1 € pour les moins de 26 ans le 25. Tél. 05 56 00 85 95.

Valeriy Sokolov © Simon Fowler

Leave a comment