DENIS PODALYDÈS, UN DÉBUTANT Podalydes-252C-2BDenis-2B3_quaisse Full view

DENIS PODALYDÈS, UN DÉBUTANT

PORTRAIT – «Prudence intégrale : j’avance en terrain mouvant». L’auteur de cette confidence n’est pourtant pas un débutant. Denis Podalydès, acteur aimé du public et metteur en scène récompensé pars plusieurs Molière et même auteur (La Peur Matamore aux Editions du Seuil en 2010), avance avec humilité devant ce nouveau projet : la mise en scène de Don Pasquale de Donizetti, au Théâtre des Champs-Elysées. Bien sûr, il a regardé des DVDs de l’opéra mais, devant une œuvre parmi les plus jouées du répertoire lyrique, il tâtonne. Sa première intuition : changer le lieu de l’action et sortir de sa maison bourgeoise Don Pasquale, riche septuagénaire qui veut priver son neveu d’héritage et lui ravir sa jeune fiancée. «Ce personnage n’est pas un vieil imbécile, mais un homme souffrant d’un amour anachronique. Je l’ai imaginé riche mais dans un monde pauvre : il vend des luminaires dans un petit camion ! De toute manière j’abandonne neuf idées sur dix… La voix fait toute la richesse de l’opéra. Si l’on donne trop de sens, que l’on donne trop de choses à faire à un acteur, on alourdit l’œuvre». Touche-à-tout incarnant aussi bien Sarkozy au cinéma que jouant Corneille à la Comédie française, dont il est sociétaire, il avoue une «si petite» expérience dans l’opéra, pour lequel il a nourri un amour tardif. «Ma grand-mère m’avait emmené voir le Don Juan de Losey au cinéma. J’ai été très touché par «l’air du catalogue» et par la figure du commandeur mais ce film ne m’a pas pour autant ouvert au genre opéra». Adulte, il assiste à l’Opéra Garnier à une représentation de Faust de Gounod «complètement ridicule… ca a refermé une porte». En 2009, l’Opéra Comique redonne une chance à l’art lyrique de séduire Podalydès, en lui commandant la mise en scène de Fortunio, une œuvre rarement jouée. La critique accueille positivement ce nouveau metteur en scène, qui, comme ses collègues venus du théâtre, apportent beaucoup aux chanteurs peu formés au métier d’acteur. Deus ex-machina, la voix d’un chanteur touche Denis Podalydès au cœur par «sa puissance, sa grâce, sa délicatesse extrême». La seule question qui l’anime alors : «comment faire en sorte que les spectateurs touchent du doigt cette émotion via la mise en scène?»
> Don Pasquale, du 13 au 19 février au Théâtre des Champs-Elysées à Paris. Retransmission sur France Musique le 19 mai à 19 h 30. Denis Podalydes sera l’invité de Christophe Bourseiller dans la matinale de France Musique le lundi 13 février à 8h10
Photo : Denis Podalydès © Quaisse

Leave a comment