LA NOUVELLE GARDE DU CLAVECIN À SAINTES Aurelien-2BDelage-2B-2B18_07_2012 Full view

LA NOUVELLE GARDE DU CLAVECIN À SAINTES

PORTRAITS – Aurélie Delage, Maude Gratton et Arnaud de Pasquale : trois jeunes clavecinistes originaires de la région Poitou-Charentes se retrouvent cette année à l’affiche du festival de Saintes.
Aurélien Delage, né près d’Angoulême dans une famille de musiciens, se forme au Conservatoire de la ville où il apprend d’abord la flute traversière avant de commencer le clavecin à treize ans. « J’ai continué longtemps la flute moderne mais je m’épanouissais beaucoup plus avec la musique ancienne, se souvient le claveciniste. J’ai pris goût à la flute baroque au contact d’un facteur en Sud Charente ». Aujourd’hui, il enseigne les deux instruments au Conservatoire de Bordeaux, dont il dirige depuis cinq ans le département baroque.
« Jouer à Saintes est un tel bonheur » qu’il a choisi un programme dans lequel il est totalement dans son élément, des extraits rarement joués du Manuscrit Bauyin, un choix qui le rapproche de sa région natale : « ce manuscrit de pièces de clavecin datant de la fin du XVIIe siècle a été commandé par le chevalier Bauyin de Bersan et son épouse, une Rochelaise, explique-t-il. N’ayant pas à sa disposition d’édition musicale à la hauteur de leur amour pour le clavecin, ce couple commanda cette compilation des pièces des compositeurs réputés à cette époque : Couperin, Frescobaldi, Chambonnières notamment ». Aurélien a parcouru les quelques 350 pièces du manuscrit pour sélectionner les perles comme « ces cinq pièces de Jacques Hardel (1643-1678), toutes magnifiques ».
Arnaud de Pasquale commence le clavecin à trois ans auprès d’un oncle violoniste baroque. Passionné, le petit Arnaud réussit à convaincre Dominique Ferran, l’illustre professeur du Conservatoire de Poitiers, de le former. Il vient cet été à Saintes avec sa partenaire à la ville comme à la scène, la gambiste Lucille Boulanger. Ils ont créé un ensemble au nom amusant « La sainte folie fantastique », autour du répertoire du XVIIe siècle et du style appelé « fantasticus ». Ils interprèteront les sonates de Bach écrites pour leurs deux instruments et des transcriptions de sonates pour trois instruments. « Dans ces pièces personne n’est soliste. Il s’agit d’une discussion à deux ou trois voix. Le clavecin, qui tient la plupart du temps un rôle harmonique et rythmique, prend ici une dimension mélodique. » Arnaud vient avec un autre compagnon : son propre clavecin, une copie d’un clavecin anglais du début du XVIIIe du facteur Thomas Hitchcock.
Maude Gratton, niortaise, fut aussi une élève de Domnique Ferran à Poitiers. Elle se produit régulièrement avec Arnaud et Aurélien, qui ont étudié avec elle au Conservatoire Supérieur de Paris. Comme ses deux comparses, elle a suivi les enseignements du maître Pierre Hantaï, que les festivaliers pourront entendre samedi 21 juillet. Maude nourrit également une passion pour l’orgue. Avec cet instrument, elle a brillé lors de concours (Jeunes Organistes de Saint-Germain des Fossés) et de festivals (Toulouse les Orgues). Son premier enregistrement est dédié aux pièces pour clavecin et clavicorde de Wilhelm Friedemann Bach (1710-1784), et lui vaut un Diapason d’or (paru chez Mirare). Elle vient à Saintes à la tête de son Ensemble Contre-Eclisse avec les Concertos pour clavecin de ce compositeur. Dans la cour de l’Abbaye aux Dames, elle croisera des compagnons de route : François Lazarevitch et les Musiciens de Saint-Julien, le Collegium Vocale Gent avec lesquels elle a joué. Maude sera aussi sur scène ce soir avec Damien Guillon et son Banquet Céleste.
Maude Gratton et l’Ensemble Contre-Eclisse, dimanche à 13 h à l’Abbaye aux Dames. Aurélien Delage, mercredi 18 juillet à 13 h à l’Abbaye aux Dames.
Arnaud de Pasquale, vendredi 20 juillet à 13 h à l’Abbaye aux Dames.
Damien Guillon et Le Banquet Céleste, samedi 14 à 13 h à l’Abbaye aux Dames. Renseignements au 05 46 97 48 48.

Leave a comment