Alagna, jamais où on l’attend SERIE-9-1571 Full view

Alagna, jamais où on l’attend

CONCERT – Roberto Alagna se produira en concert, samedi prochain, au vélodrome d’Arcachon. 

Les stars aimeraient-elles faire des surprises ? Madonna donnait un concert improvisé jeudi à l’Olympia, à Paris. Et maintenant, Roberto Alagna ne veut pas révéler le programme de son concert, samedi prochain, au vélodrome d’Arcachon. Opéra ou chanson? Opéra et chansons? Éternel balancier dans la carrière de celui qui commença dans les cabarets parisiens et conquit le Metropolitan Opera de New York!

On peut miser sur une combinaison de quelques airs d’opéra et de nombreuses chansons populaires, car le plus célèbre des ténors français ne veut renoncer ni à tirer des larmes aux amateurs de Verdi, Puccini, Gounod ou Bizet, ni à faire chalouper les cœurs avec les standards de la musique sud-américaine ou sicilienne. C’est en cela qu’il marche sur les pas de ses grands prédécesseurs : Enrique Caruso, qui aimait pousser la chansonnette dans les rues de New York, Luciano Pavarotti – « Il reste mon maître », dixit Roberto – qui partageait la scène avec Michael Jackson ou Sting.
Cabotin, libre…
Cabotin pour les uns, artiste libre pour les autres, Roberto Alagna est le produit d’une histoire et non du hasard, comme il l’a expliqué dans son autobiographie (« Je ne suis pas le fruit du hasard », Grasset, 2007). Garçon de la banlieue parisienne, Alagna soigne ses racines siciliennes – ses parents – et sud-américaines – une grand-mère : le vélodrome résonnera sûrement des « Besame mucho », le tango argentin « La Cumparsita », ou « Cu ti lu dissi » qu’il a récemment enregistré dans un album intitulé « Pasión » (Deutsche Grammophon), sous la direction musicale d’Yvan Cassard. Cet arrangeur-orchestrateur des grands noms de la chanson française, de Charles Aznavour à Jacques Dutronc en passant par Mylène Farmer, sera avec lui sur scène au piano et pour diriger un groupe restreint de six musiciens.
Pour Roberto Alagna qui vient d’interpréter avec l’Orchestre national de France le rôle de Calaf dans «Turandot», de Puccini – une première pour le ténor, très attendue par les spectateurs et la presse – devant 8 000 personnes aux Chorégies d’Orange, le vélodrome arcachonnais (3 000 places assises) ressemble à un concert intime. Petit frère de la tournée «Sicilien» qui avait transporté Alagna et sa troupe dans les arènes de France, le programme inspiré de «Pasión» ne sera donné en France qu’à quelques dates. À commencer par Arcachon.

Arcachon (33). Samedi 4 août, à 21 heures, au vélodrome. 34 à 55 €. 05 57 52 97 75.

Article publié dans le journal Sud Ouest.

Leave a comment