Sarah Nemtanu, la corde sensible Sarah-2BNemtanu-2B-25C2-25A9-2BYann-2BArthus-Bertrand-2B2 Full view

Sarah Nemtanu, la corde sensible

INTERVIEW – Comme son père à l’ONBA, Sarah Nemtanu est violon solo de l’Orchestre national de France. Elle joue ce soir à Gradignan. Interview.

Sud-Ouest : Vous allez jouer avec les symphonistes d’Aquitaine le Concerto pour violon de Brahms, une œuvre que vous connaissez bien, non ?

Sarah Nemtanu : Pas tant que ça. Je l’ai jouée en 2000 au Concours Stradivarius de Crémone où j’ai obtenu le 3e prix, un bon souvenir. Cette musique magnifique justifie qu’on place ce Concerto parmi les trois plus beaux du genre, avec ceux de Beethoven et Mendelssohn. Cette écriture est d’une telle sensibilité, beauté, richesse harmonique, merveille de composition… Très compliquée techniquement ! Il faut garder l’esprit de Brahms, ce grand fleuve coulant calmement, tout en bravant les défis techniques. Cela exige une grande concentration. Pourtant, j’avoue : mon concerto préféré est celui de Tchaïkovski 

!

Que vous jouez dans la B.O. du film, « Le Concert »…

S;N. : Oui ! Et que j’ai enregistré récemment avec mon orchestre lors d’une soirée au Théâtre des Champs-Élysées sous la direction de Kurt Mazur. Après le film qui a fait tant de bruit, j’ai préféré faire un disque très personnel, « Gypsic » sur mes racines roumaines (Vladimir Nemtanu a fui la Roumanie en 1979 pour Bordeaux où sont nés ses enfants dont Sarah et Deborah, également violoniste, NDLR). Pour le film, j’avais dû suivre un tempo dicté par le réalisateur… Quitte à enregistrer une œuvre jouée pour la énième fois, je ne voulais pas d’un son décortiqué en studio : nous avons fait pour le label Naïve (à paraître en mars) une version live, en une prise à peine corrigée. Je revendique cette spontanéité de l’instant.

Comment conciliez-vous vie d’orchestre et vie de soliste ?

S;N. : Je suis à mi-temps à l’Orchestre national de France, un poste en or pour imaginer une carrière en solo. Je veux aussi donner une autre image du violon solo, « le musicien qui donne le  »la » aux autres » ! Être violon solo c’est prendre plaisir à partager, à traduire ce que veut un chef, et donc cela implique une responsabilité artistique et une affinité avec les musiciens.

À quand les Nemtanu réunis à Bordeaux ?

S;N. : Le 6 juin 2013 ! Et dans le nouvel auditorium… Enfin ! Je suis très impatiente de ce concert avec l’ONBA avec lequel je n’ai jamais joué en soliste… Alors que la moitié des musiciens m’ont vu naître !

Vendredi 9 novembre, 20 h 45, Théâtre des 4 saisons, Gradignan. 8 à 21 €. 05 56 89 98 23.
Article paru dans Sud Ouest du 9 novembre.

Leave a comment