Gilles Desangles : place des Victoires jbm-3498-copie-blog Full view

Gilles Desangles : place des Victoires

PORTRAIT – Le directeur général des Victoires de la Musique vient de s’installer à Bordeaux, où a lieu lundi soir la vingtième édition des Victoires de la Musique classique.

Il souffle les vingt bougies des Victoires de la Musique classique à Bordeaux… où tout a commencé – ou presque. Le directeur général de l’association des Victoires, Gilles Desangles, a commencé sa carrière dans la musique à la Fnac bordelaise, rayon « disques classiques ». « Je venais de terminer mes études à Sciences Po et en droit, j’ai obtenu cet unique boulot disponible de l’enseigne sur un coup de bluff : le recruteur ne connaissait rien au classique et moi pas vraiment plus, mais j’ai eu le job. Je me suis formé à la musique en écoutant quatre à cinq CD par jour. Mes choix étaient guidés par les clients eux-mêmes, comme ce fan qui m’a fait découvrir Richter, le pianiste russe ». C’est là qu’un représentant pour le label Warner le repère et le fait embaucher au bureau de Paris, bureau que Gilles dirigera sept ans plus tard. « J’ai accompagné les premiers enregistrements du grand violoniste Maxime Venguerov. À l’époque on vendait des disques…. » Crise de l’édition phonographique oblige, il doit chercher un nouvel emploi et le trouve… dans la rue. « J’ai croisé le président des Victoires. Il cherchait un directeur ».
Depuis 1985, cette association travaille toute l’année pour organiser trois manifestations : variété, classique et jazz. Les Victoires de la musique classique ont été séparées de la variété il y a vingt ans. Cette grand-messe, unique en Europe, réunit un million et demi de téléspectateurs et auditeurs, avec un palmarès souvent contesté ! « C’est normal !, s’amuse Gilles Desangles. L’ambition est de distinguer un projet ou un artiste qui a marqué l’année mais aussi de créer un événement de télévision rassembleur. » Bordeaux rêvait depuis dix ans d’accueillir l’évènement. Gilles Desangles avait à l’époque répondu à Alain Juppé que le Grand théâtre n’était pas assez grand… La ville a bien changé et Gilles Desangles ne s’est pas contenté d’y venir pendant plus d’un an pour préparer l’évènement de lundi soir avec la ville et l’Orchestre. Il y a aussi emménagé avec sa famille.
—-
Bordeaux sous les feux de la rampe
Présentée par Frédéric Lodéon et Louis Laforge (formé à l’Institut du journalisme de Bordeaux), la cérémonie aura lieu en direct de l’auditorium de Bordeaux décoré pour l’occasion : un grand lustre viendra magnifier le fuchsia des fauteuils ! Une centaine d’artistes, nominés ou invités, sont attendus : la soprano américaine Joyce DiDonato, le violoniste Renaud Capuçon, l’orchestre et le choeur de l’Opéra de Bordeaux et le baryton formé au CNR de Bordeaux, Florian Sempey, qui concourt dans la catégorie « Révélation artiste lyrique ». Une dizaine de trompettistes dont Romain Leleu et Ibrahim Maalouf viendront rendre hommage à Maurice André décédé en 2012. France 3, France Musique et France inter relayeront la soirée sur leurs antennes, à partir de 20 h 45.

Leave a comment