Victoires de la Musique classique : mes anecdotes IMG_0273-copie Full view

Victoires de la Musique classique : mes anecdotes

COMPTE-RENDU – Plutôt que de rester dans mon canapé à regarder les Victoires, j’ai passé l’édition 2013 dans les coulisses, à Bordeaux. Voici ce que j’ai récolté.
– Vittorio Grigolo est un ténor, pas de doute. Sa voix haute, son style séducteur, ses gestes passionnés : un ténor on vous dit! Et pourtant pendant les répétitions, nous avons failli en douter. Joyce DiDonato venait de finir son air de Rossini, « Une voce poco fa » et l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine répétait une dernière fois le début de l’air, seul, en attendant que le ténor arrive… Il entre, en jean, baskets et gilet noir de costume trois pièces et se lance en voix de fausset… dans l’air de la mezzo !
– Même au sommet, on doit combattre le trac : fraîchement arrivé des Etats-Unis, le violoniste Renaud Capuçon est dans les coulisses en attente du moment où il entrera sur la scène de l’auditorium. Dans les coulisses, il va et vient, en répétant les premières notes de sa « Danse Hongroise ».
– Joyce Di Donato a demandé à deux personnes de l’accompagner dans sa loge. Caprice de diva ? Non ! C’est pour l’aider à enfiler sa robe Vivienne Westwood et son magnifique drapé ! Sophisticated Lady.
– Le fils de Ludovic Teizier, presque trois ans, adore le cinéma et les Césars. Il comprend que son père va participer à l’équivalent pour les chanteurs. A son père qui  part à Bordeaux, il lance : « Dis papa, tu me ramènes une statue dorée ? »Le baryton  a dédicacé sa Victoire à ce garçon et aurait donné cher pour voir la tête de son fils, devant la télévision, à l’autre bout de la France.

– Les coulisses sont sous le charme de Sabine Devieilhe, qui interprète la Reine de la nuit et remporte la Victoire révélation lyrique. Elle rentre backstage avec son trophée, émue, et reçoit les félicitations de Ludovic Teizier : « Tu as un destin, toi. Tu l’as compris maintenant ! »
– Renaud Capuçon, va bientôt revenir sur scène pour jouer Vivaldi, Les Quatre Saisons. Au dernier moment, il demande à son attachée de presse : « Tu peux mettre un texto à Laurence (Ferrari, son épouse, ndlr) pour lui dire que je passe… » à la télé !
– Et non, je n’ai pas eu de Victoire d’honneur (voir mon compte twiter). Cette Victoire venait d’être attribuée à l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine et avait été laissé dans les coulisses par inadvertance. Rassurez-vous je l’ai rendu à ses propriétaires légitimes.
– De même quand deux musiciens m’ont demandé de garder leur violon et alto pendant qu’ils retournaient saluer à la fin des Victoires. Le premier est signé Guarneri et l’autre Stradivarius, une pièce rarissime… Et non, je ne suis pas partie avec cette fortune sous mon bras ! Merci à eux de leur confiance !!

Leave a comment