Seul l’Homme peut chanter papaxanthos-et-moi Full view

Seul l’Homme peut chanter

INTERVIEW – Michael Papaxanthos, médecin, intervient à Bordeaux cet après-midi sur « La voix, de l’animal à l’homme », à l’invitation des Amis du Grand-Théâtre et avec des chanteurs et du Chœur de l’Opéra.

Pourquoi vous être intéressé à la voix ?

Michael Papaxanthos : En tant que médecin ORL, j’ai bien sûr des chanteurs professionnels comme patients, mais ce sont des circonstances extraordinaires qui ont amené à ce sujet. J’ai aidé des vétérinaires du Zoo de La Palmyre, en Charente-maritime, dans le cadre des bilans de santé qu’ils font passer aux animaux. Ma connaissance des examens ORL leur était utile.
J’ai pu prendre des images de leurs cordes vocales : c’est une chose de connaître l’évolution anatomique entre le primate et l’homme, c’en est une autre que de la visualiser comme cela. Ce sont, entre autres, ces documents que j’exploite dans la conférence de cet après-midi.

Qu’avez-vous constaté en observant les cordes vocales des primates ?
À la différence de l’homme, le primate n’a pas l’anatomie des cordes vocales nécessaire pour parler encore moins pour chanter. Pour produire un son et ses harmoniques, il faut avoir la capacité de rapprocher les cordes vocales à un point précis.

Par ailleurs, pour articuler il faut pouvoir expirer facilement par la bouche. Or le primate a besoin d’ouvrir grand la gueule pour expirer par la bouche. De fait il ne peut pas articuler. Par conséquent, les connexions cérébrales liées au langage n’ont pu être développées. C’est la position debout qui a permis au larynx de descendre, comme la langue, facilitant l’expiration buccale et donnant à l’Homme la capacité de chanter et de parler.

Chanter lyrique nécessite-t-il une morphologie particulière ?

Oui, dans le sens où tout le monde n’a pas les prédispositions pour devenir un grand chanteur. Mais ceux qui ont ces prédispositions n’arriveront à rien sans l’entraînement adéquat.La technique vocale lyrique, celle qui permet à une voix de se faire entendre au-delà d’un orchestre entier, est d’abord le produit de l’histoire de la musique en Europe. En inventant la notation musicale, les Européens ont amené les chanteurs à suivre des partitions de plus en plus exigeantes et à inventer le « singing formant ».

Qu’est-ce que le « singing formant » ?

Le « singing formant » est un phénomène de renforcement énergétique de la voix autour de 3000 hz par la fusion de plusieurs harmoniques qui permet au chant lyrique d’être projeté au-delà de l’orchestre. Le son généralement émis par le larynx en voix parlée chez la femme est de 220 hz. Le son aigu du contre fa de l’air de la Reine de la Nuit de Mozart est à 1397 hz. Le geste vocal, la posture du corps, l’ancrage au sol, entre autres, permettent cette performance digne d’un grand sportif.

Conférence, mercredi 13 mars, 17 h, salon Boireau du Grand-Théâtre. Complet. http://agtbordeaux.blogspot.fr
Photo © Guillaume Bonnaud

Leave a comment