Fragile, un orchestre WPR_Foto_Juergen_Lippert1801 Full view

Fragile, un orchestre

CONCERT – Le Pin Galant accueille le Württembergische Philharmonie, orchestre de région en Allemagne où la crise menace les orchestres.

Un orchestre de région à Mérignac (33) ? Il ne vient pas d’Europe de l’Est ou des pays de la Loire mais d’Allemagne, pays de grande tradition et réputation symphonique. On dénombre une cinquantaine de grands orchestres chez notre voisin contre trente chez nous. L’hôte du Pin-Galant est le Württembergische Philharmonie, basé à Reutlingen, ville située au sud de Stuttgart comptant un peu plus de 100 000 habitants. Le « WPR » ne fait pas partie des grandes phalanges allemandes à la réputation internationale comme la Philharmonie de Berlin ou la Staatskapelle de Dresde mais de ces orchestres fondés après la guerre, en 1945.
Depuis, le Württembergische Philharmonie a mené sa barque : il s’est offert de célèbres solistes comme José Carreras ou Edita Gruberova, a fait le tour des grands festivals allemands consacrés à Mozart et Mahler, et a commencé une discographie qui compte à présent cinquante disques. Fort de ce dynamisme, le WPR a traversé les frontières allemandes. Après le Japon et l’Autriche, le voici en France pour interpréter, sous la direction du Suédois Ola Rudner, un programme allemand, classique, et populaire : le « Concerto pour piano n°21 » de Mozart avec la soliste Hyejin Kim, la « Symphonie inachevée » de Schubert et l’ouverture du « Freischütz » de Weber.
Crise au Bade-Wurtenberg
Ce dynamisme est réjouissant, d’autant que les temps sont durs : partout dans le monde, la crise économique a bousculé la vie symphonique. Aux Etats-Unis, des orchestres ont tout simplement disparu (à San Diego et en Floride notamment) quand le Boston Symphony Orchestra supprime sa tournée en Europe. Sur notre continent, les subventions nationales et régionales ont minimisé le choc mais en Espagne le Liceu, opéra de Barcelone, a fermé ses portes deux mois en 2012 pour faire des économies. L’Allemagne n’est pas épargnée. Le Bade-Wurtemberg, le Land du WPR, a pris une décision qui fait scandale : celle de fusionner deux ensembles, l’Orchestre de la SWR de Baden-Baden et Freiburg avec le Radio-Sinfonieorchester Stuttgart, deux orchestres de radio aux identités très différentes. Viendrait-il à l’esprit de la région Aquitaine de fusionner l’ONBA avec l’Orchestre de Pau-Pays de Béarn ? Il faut dire que ce Land compte six phalanges de plus de 60 musiciens…
Un Français se bat contre cette fusion. Le chef François-Xavier Roth, directeur musical de la SWR, explique que « cette décision n’a pas de sens dans ce grand pays de musique. Elle m’a fait prendre conscience que lors d’une crise, nous n’étions pas à l’abri d’une décision aux conséquences humaines artistiques dramatiques. Ce n’est pas parce qu’il y a une crise économique qu’on doit transformer nos musées en parking. La pratique artistique structure l’humanité. Cette année, par exemple, tous les pays du monde fêtent le centenaire de la création à Paris du « Sacre du Printemps » de Stravinsky. Célèbre-t-on le gain à la bourse de New-York ? »
Jeudi 21 mars 20 h 30, Pin Galant de Mérignac. 28 et 35 €. 05 56 97 82 82. Pour signer la pétition contre la fusion : www.orchesterretter.de/

Leave a comment