Le temps du Sacre est venu Compagnie-Melting-Spot-Stravinsky-en-mode-hip-hop Full view

Le temps du Sacre est venu

REPORTAGE – Farid Berki et François-Xavier Roth racontent leur aventure avec le projet pédagogique « Stravinsky en mode hip hop ». Les deux dates affichent complet.
Ils vont bientôt se retrouver. Après des mois de préparation, le projet pédagogique « Stravinsky en mode hip hop » se concrétise les 6 et 7 avril. Le chorégraphe Farid Berki et le chef d’orchestre François-Xavier Roth sont les deux têtes d’affiche de cette expérience extraordinaire qui va faire danser soixante-quinze adolescents sur « Le sacre du printemps ».
Depuis le mois de janvier, le chorégraphe et deux danseurs de sa compagnie ont formé les jeunes en petits groupes. Les musiciens des Siècles (l’orchestre de F-X. Roth) ont animé des ateliers sur l’écoute musicale. Dans quelques jours, ils seront réunis à la Grande Halle de la Villette. « Cette première répétition avec l’orchestre entier va être un choc ! », devine Farid Berki. « Il faut profiter de la danse et de la musique pour sortir ce qu’il y a de mieux chez ces jeunes, analyse François-Xavier Roth. Le personnel encadrant est la courroie la plus importante du projet. »

La barre est haute. Venus de quartiers défavorisés, la plupart n’ont jamais appris la danse. « Le hip-hop exige un vocabulaire technique important, explique le chorégraphe. De plus, ils doivent composer avec un corps adolescent, en pleine mutation. Le projet nous a demandé beaucoup d’investissement pour apprendre à ces jeunes la rigueur, le cadre, le respect. »
Sans compter que la partition révolutionnaire de Stravinsky est redoutable, même pour des danseurs professionnels, qui peinent à trouver des repères rythmiques. « L’oeuvre de Stravinsky reste incroyablement intense, témoigne le chef d’orchestre. Elle a une force de suggestion qui peut rencontrer des styles de danse différents. Ces jeunes sont inondés de musique et de sons. Pourtant, l’orchestre et l’expression musicale sont très loin d’eux. Ils entendent la musique symphonique à la télé mais le spectacle vivant leur est étranger, car il est de plus en plus mis de côté dans la vie des gens. Avec ce projet, ils découvrent aussi que les artistes portent des jeans et prennent le métro ! »
« Ca vaut le coup, conclut François-Xavier Roth. J’ai déjà fait une expérience similaire à Londres : j’ai pu expliquer aux jeunes ce qu’il pouvaient tirer de ce projet ». « Quelques uns ont les yeux écarquillés de plaisir », répond simplement Farid Berki.

Article paru sur le site de Mécénat Musical Société Générale, mécène du projet. Retrouvez toutes les vidéos du projet sur la chaîne Youtube de la Société Générale.

Leave a comment