J’y étais : le premier after à l’auditoirum Alex-Smoke Full view

J’y étais : le premier after à l’auditoirum

COMPTE-RENDU : Vendredi, en fin d’après-midi, quand Alex Smoke arrive à l’auditorium pour installer ses platines et son ordinateur, instrument fondamental de tout DJ electro, il ne sait pas bien où il met les pieds. Habitué aux salles noires, Batofar parisien ou I-Boat bordelais, il reste incrédule quand on lui explique qu’il joue dans un auditorium dédié à la musique symphonique. Un étage est monté, une lourde porte entrebâillée, et il découvre le concert enjoué de l’Orchestre national Bordeaux Aquitaine dirigé par son chef historique Alain Lombard, richement applaudi. Bouche bée le DJ. 
Une quatrième symphonie de Tchaïkovski plus tard, quelques jeunes musiciens et spectateurs descendent dans la salle Henri-Sauget, pour le tout premier « After de l’auditorium ». Alex Smoke mixe devant une centaine d’habitués de l’I-Boat, curieux de cette rencontre expérimentale entre la musique électronique et sa grande sœur, la classique. La salle carrée et blanche se prête parfaitement aux très belles vidéos graphiques, souvent en noir et blanc, d’Arch Project. Alex Smoke glisse des notes de clavecin et d’orgue dans son electro minimale, douce et un peu trop ambiant pour provoquer la danse. Un groupe d’étudiants discutent dans les canapés ajoutés à cette salle qui sert le plus souvent aux répétitions. Au bar aménagé pour l’occasion, on déguste une soupe de champagne aux billes de fruits rouges ou une bière… voilà qui résume bien l’esprit fusion de la soirée.

Le mix terminé et applaudi, la salle se vide rapidement, comme au concert. Les fêtards commencent leur nuit. After pour les uns, before pour les autres… ils se sont croisés à l’auditorium.

Article paru dans Sud Ouest.
Photo : Alex Smoke

Quand au concert de l’auditorium :

Leave a comment