Concours de quatuors de Bordeaux : un tremplin pour quatre

REPORTAGE – Compétition et concerts pour le Concours de quatuors à cordes de Bordeaux.
Une année à concours. Tous les trois ans, le festival Quatuors à Bordeaux se transforme en une semaine de compétition pour de jeunes quatuors à cordes. La septième édition est déjà un succès  : quatorze ensembles se sont inscrits contre neuf en 2010. Ils sont en majorité français et se sont formés à la sortie des Conservatoires supérieurs de musique de Lyon ou de Paris. Ils viennent aussi du Japon (le délicieusement nommé Quatuor Soleil), des Etats-Unis (les Tesla), d’Allemagne (les Schnitzler, les Aris ou les Schumann, du nom des trois frères qui le composent), et des Pays-Bas (les Dudok).
Pourquoi traversent-ils plusieurs milliers de kilomètres et affrontent-ils une semaine d’épreuves  ? Est-ce pour le prix (20  000 euros pour le Premier)  ? « Il y a peut-être des «  professionnels des concours » qui multiplient les compétitions mais, pour la plupart, la dotation répond à un besoin d’acheter un instrument ou de financer un disque, explique Gaëlle Le Gallic. La productrice à France Musique, cette année membre du jury, espère y découvrir de nouveaux talents. « A mon avis, une compétition internationale comme celle de Bordeaux, l’un des trois grands concours pour le quatuor, est incontournable pour la jeune génération. Elle est en quelque sorte le prolongement de leur formation supérieure  : cela leur permet de mesurer leur niveau instrumental en se comparant aux autres musiciens. Et les jurés ou les professionnels qu’ils vont rencontrer vont les éclairer ou les alerter sur leur jeu. » La présidente du jury, l’américaine Sylvia Rosenberg, sera également entourée de trois autres violonistes, Sylvie Gazeau, Pavel Vernikov, et Guillaume Sutre, premier violon du quatuor Ysaÿe, ainsi que d’un altiste Hatto Beyerle, fondateur du quatuor Alban Berg, et du pianiste Christian Ivaldi.
La compétition est l’occasion de se «  faire les nerfs », poursuit Gaëlle Le Gallic qui assiste chaque année à de nombreuses manifestations du genre. Elle permet aussi de «  se faire du répertoire ». Cette semaine, en plus des grands compositeurs pour quatuor (Beethoven, Haydn), les concurrents aborderont des œuvres atypiques (Verdi), modernes (Dutilleux) ou rares (Albéric Magnard, Charles Ives).
Premier Grand Prix en 1999, le quatuor Belcea, qui jouera au Grand-théâtre en parallèle du concours, fait une très belle carrière internationale. Leur récente intégrale des quatuors de Beethoven (Zig-Zag Territoires) vient de recevoir les bravos de la presse. Corina Belcea, fondatrice et premier violon de l’ensemble, se souvient du Concours de Bordeaux comme d’une «  expérience formidable ». «  C’est l’occasion de porter beaucoup d’attention aux détails, de progresser et d’entendre comment les autres quatuors abordent la même musique. On échange avec des pairs, qui affrontent aussi les enjeux de la vie de quatuor. L’ambiance à Bordeaux était amicale et familiale. Le Grand Prix confirme que votre intuition est juste, que vous avez un futur en tant que quatuor et que vous pourrez gagner votre vie en jouant ! Et surtout il confirme que ce que vous essayez de dire avec la musique touche le public. »
Corina Belcea se souvient-elle de ce qu’elle et ses complices ont fait de la dotation ? «Absolument pas, s’amuse-t-elle, mais je me souviens du vin ! Déguster du Château d’Yquem fut une des grandes expériences de ma vie, moi qui n’adore pas le vin ». Les Grands Crus font toujours partie des fervents soutiens du Concours international de Quatuor à cordes de Bordeaux.

Epreuves
– 
1ère épreuve : lundi 6 à 14 h 30, mardi 7 à 10 h et 14 h 30, mercredi 8 à 10 h.

– 2e épreuve : jeudi 9 à 10 h et 14 h 30, vendredi 10 à 10 h.
– Finale : samedi 11 à 10 h et 14  h 30. Entrée libre à l’Auditorium.
Remise des prix et concert des lauréats, dimanche 12 à 11 h à l’Auditorium : 15 euros.
Concerts
– Quatuor Quiroga, lundi 6 mai, 20 h, auditorium. Programme  : Opus 20 n° 2 de Haydn, « La Oracion del torero » de Turina, le « Langsamer satz » de Webern et le n° 1 de Bartok. 15 et 25 €.
– Quatuor Belcea, mercredi 8, 20 h, au Grand-Théâtre. Programme, l’Opus 103 de Haydn, le 1er de Britten et le 14e de Beethoven. 15 et 25 €.
– Alain Meunier, violoncelle ,et Anne Le Bozec, piano. Vendredi 10, 20 h, château Pauillac. Programme  : la 2e sonate de Bach, l’Opus 11 de Hindemith, et la 1ère de Brahms. 25 €. (bus mis disposition entre Bordeaux et Pauillac).
– Carte blanche aux candidats, mardi 7 et jeudi 9 à 18 h, vendredi 10 à 12 h 30, salle capitulaire cour Mably : 6 euros.
Pass pour les sept concerts : 90 et 45 € (moins de 26 ans et demandeurs d’emploi). Réservations au Kiosque-culture : 05 56 79 39 56. www.quatuorabordeaux.com.
Article paru dans Sud Ouest du 5 mai.
Photo : quatuor Belcea ©DR

Leave a comment