Judith, le « girl power » de la musique médiévale Alpha_702_Judita-cover Full view

Judith, le « girl power » de la musique médiévale

DVD – « Judith », le magnifique spectacle de l’ensemble Dialogos sort enfin en DVD !
« Deux représentations de notre Judith ne sont jamais identiques », écrit Katarina Livjanić, la directrice de Dialogos. L’ensemble de musique ancienne a pourtant porté en DVD et CD (Alpha) ce spectacle construit autour du mythique biblique : Judith, la veuve qui sauve son peuple en séduisant et décapitant le cruel général du roi de Babylone. La chanteuse et musicologue Katarina Livjanić est partie des accents du croate ancien utilisé par le poète Marko Marulić au début du XVIe siècle – un chef d’œuvre de la littérature croate – et des dialogues allégoriques des agonies de la Renaissance.
Le spectacle « Judith » incarne toutes les valeurs de l’ensemble Dialogos fondé par Katarina Livljanić en 1997. Depuis longtemps la chanteuse, qui incarne elle-même la belle Judith, portait en elle le projet de « créer un espace pour lier la musique médiévale et le théâtre ». Comme son nom l’évoque, l’ensemble est aussi un « lieu de dialogue entre les cultures. Aux débuts de l’ensemble, nous avons par exemple fait dialoguer l’Europe de l’Est et l’Europe occidentale », poursuit-elle.
Chose étonnante à une époque où le latin règne en maître, le texte de Marko Marulić est écrit dans sa langue maternelle, le croate. C’est en Croatie qu’il faut se tourner pour comprendre la passion de Katarina Livljanić pour la musique du Haut-Moyen-Âge. « J’ai eu la chance de grandir à Zadar, une ville qui incarne l’art roman en Croatie. Les arts médiévaux, musique comprise, étaient déjà très valorisés dans les années 1970. Ma vocation pour cette musique a surgi très tôt : j’avais onze ans lorsque j’ai entendu un drame liturgique. Je faisais déjà du théâtre à cette époque, j’ai eu ce déclic d’associer les deux. Ca ne m’a pas quittée !» Dans ses projets, Katarina Livljanić n’a surtout pas gardé l’esthétique des années 1970 et ne cherche pas les pseudo reconstitutions. « J’ai choisi un autre chemin, pas entièrement archéologique… celui d’une femme qui crée des projets contemporains, soutenus par des mises en scène minimalistes, tout en étant une musicologue. Je vais chercher les sources historiques, mais sur scène je dois toucher le public d’aujourd’hui. »
Les spectacles créés par Dialogos partent – à l’instar de « Judith » – de mots et non de notes. « C’est le texte qui me touche d’abord. Alors, je cherche les fragments médiévaux, ce qui est parfois une quête très difficile. J’effectue de nombreux voyages pour trouver des manuscrits ou des musicologues qui pourront m’aider. Le réseau mondial des bibliothèques est très dense. Je laisse alors un long temps de murissement avant la première répétition, même si cette exigence est un peu contraire au tempo de nos vies modernes ! »
Les thèmes favoris de Katarina Livljanić sont soit mythologiques soit sacré. « A mes yeux, confie-t-elle, ces histoires parlent souvent de l’essentiel : du rapport entre l’homme et la femme pour « Judith », entre l’homme et son intériorité dans « Barlaam & Josaphat », ou encore au lien avec le monde invisible et la mort ».
Soigneusement filmés et mis en scène, les musiciens de Dialogos et leur chanteuse jouent et improvisent une musique d’inspiration ancienne. Leur démarche d’authenticité parvient à rendre l’envoutement de cette bouleversante histoire.

Cet article reprend deux articles publiés en octobre 2012 et mai 2013 sur le site de Mécénat Musical Société Générale. 

Leave a comment