Compte-rendu : Savall… pour qui d’autre ?

COMPTE-RENDU – Le musicien et chef baroque Jordi Savall a achevé samedi sa résidence bordelaise.

Une semaine de résidence et une certitude : Jordi Savall est toujours adoré par le public bordelais. Pour qui d’autre aura-t-on vu des spectateurs se lever, à chacun des trois concerts ? Bien sûr ses programmes éclectiques ne permettent pas d’approfondir une idée musicale, et l’oreille est parfois surprise de passer des sonorités orientales d’un Makam ottoman à la structure baroque d’une « Marche des combattants » de Lully. 
Certes, les amoureux de Johann Hermann Schein n’ont pas trouvé dans l’acoustique de l’auditorium la réverbération d’une église romane, ceux de John Blow l’union vocale mystique de son « Praise the Lord », ni les danseurs baroques les subtils accents de la gavotte… mais qu’importe ! Depuis ses premiers concerts à Bordeaux, invités par les baroqueux de la première heure, Jordi Savall régale par son savoir-faire et son aura, sa capacité à s’entourer d’excellents musiciens comme la soprano Hanna Bayodi-Hirt, les trois invités venus d’Orient, et les deux violonistes d’Hespèrion XXI qui ont brillamment « bataillé » dans « The Newark Siege » de Jenkins. 
Quelle joie d’apprendre que, pendant les répétitions, un tout jeune élève en viole de gambe est allé tout tremblant demander un autographe à son idole, Jordi Savall. Quelle émotion de finir cette semaine de concerts par « Da pacem Domine » qu’Arvo Pärt écrivit en hommage aux victimes de l’attentat terroriste de Madrid de 2004, interprété par un musicien qui se veut sincèrement un homme de paix.
Mardi 21, jeudi 23 et samedi 25 mai 2013 à l’auditorium de Bordeaux.
Article paru dans Sud Ouest du 27 mai 2013.

Leave a comment