Playing For salle Pleyel ou la musique dans l’entreprise 42-tiny Full view

Playing For salle Pleyel ou la musique dans l’entreprise

REPORTAGE – 200 collaborateurs Société Générale se sont produits sur la mythique scène parisienne. Reportage.
Quelle place pour la musique classique dans l’entreprise… Playing For salle Pleyel s’est achevé dimanche 9 juin dans une communion musicale joyeuse. Les 158 choristes et 42 instrumentistes, tous issus des rangs de Société Générale, ont rejoué leur bis, soutenus par les 1700 spectateurs de la salle Pleyel scandant le rythme de ce gospel en battant des mains. Parmi les choristes, Frédéric Oudéa, Président Directeur Général du Groupe, qui a partagé son émotion et sa fierté devant cette initiative unique dans le monde de l’entreprise.
Dans sa loge, à l’issue du concert, le chef d’orchestre François-Xavier Roth était également enthousiaste: « Playing For salle Pleyel a prouvé que les collaborateurs sont une mine de talents qui ne demandent qu’à partager plus et mieux ». Le charismatique maestro a eu cette idée folle en dialoguant avec le service Communication du Groupe et avec Mécénat Musical Société Générale qui soutient depuis plusieurs années son travail avec l’orchestre Les Siècles.
Ses musiciens ont encadré les répétitions qui se sont déroulées chaque quinzaine, depuis septembre 2012. Julien Rezak, pianiste accompagnateur, a assisté à toutes les étapes : « j’ai été frappé par l’évolution phénoménale du niveau musical. On a obtenu un résultat quasi professionnel. Cela est dû à la nature fédératrice du projet mais surtout à la volonté et à l’enthousiasme des participants. » Un constat que confirme Rémi Aguirre Zubiri, chef de chœur : « dès les premières auditions, j’ai senti une grande envie de faire un projet de qualité. Le programme était difficile mais nous n’avons pas eu à réduire l’ambition initiale ! »
« L’esprit de Groupe se ressent vraiment, confirme Julien Rezak. Pas de clan ni d’animosité dans les rangs mais une entraide et des musiciens concentrés qui prennent les conseils de bon cœur ». Chanteur amateur et collaborateur au département Itec CTT de Lyxor, Pierre-Pascal a « appris à connaître des collaborateurs de départements différents » du sien. « Pourtant, nous ne sommes pas là pour faire du réseau, explique-t-il, mais pour la musique ». Il a même convaincu sa compagne de participer. Pauline, qui n’avait jamais chanté, a pris des cours de technique vocale, en plus des répétitions. « Playing For salle Pleyel prouve que la musique classique n’est pas réservée à une caste de spécialistes », analyse François-Xavier Roth.
Cette sensibilisation est un bel aboutissement pour Mécénat Musical, « un mécène très actif », selon le chef. « Ce projet permet à l’orchestre d’aller plus loin dans la relation avec l’entreprise, dans un vrai rôle de transmission ». Dimanche soir, alors que la Salle Pleyel se vidait, Jennifer Hardy, violoncelliste des Siècles, s’est tournée vers son voisin de chaise, un musicien Société Générale, la larme à l’œil. « C’est déjà fini ? », demande-t-il. Elle le rassure d’un sourire plein de promesses.

Article paru sur le site de Mécénat musical Société Générale
Lire aussi : Le temps du Sacre est venu

Leave a comment