Saintes Cantates de Bach ! collegium-C2-A9Michel-Garnier Full view

Saintes Cantates de Bach !

FESTIVAL – Les concerts de Cantates sont un des rendez-vous les plus prisés au Festival de Saintes. Chanteurs, musiciens, musicologue : comment se passe leur vie en Cantate ?

A Saintes, le concert de Cantates est une institution. Depuis la fondation du Festival, le rendez-vous de mi-journée pour entendre l’une des quelques 220 Cantates de Jean-Sébastien Bach est immanquable pour nombre de festivaliers. « Je crains qu’on ne soit un peu addictes, s’amuse la musicologue Helène Décis-Lartigau qui depuis presque dix ans analyse ces œuvres dans ses conférences du midi. Chaque année, elle attend juillet avec joie. « C’est un peu ma perfusion annuelle ! L’Abbaye est un lieu idéal, parfaite pour le son de cette musique. Il m’arrive d’entendre ce répertoire à l’église Saint-Roch à Paris : je préfère la lumière de Saintes, le lien avec le public, cette histoire. »

L’histoire des Cantates de Bach à Saintes se concentre autour d’un ensemble, le Collegium vocal Gent, et d’un chef, Philippe Herreweghe qui s’est révélé être l’un des plus grands prophètes du message musical du « Cantor ». En témoigne sa riche discographie. Il a su réunir, à chaque époque, les meilleurs solistes pour chanter ces commentaires du texte biblique joués à Leipzig entre 1723 et 1750. « L’écriture de Bach parle à tout le monde, témoigne Cécile Pilorger, alto dans le choeur. Elle est faite pour convaincre d’un message universel, parlant de l’envie de vivre de tout être humain. C’est tellement fort qu’on a presque envie de croire ! De toute façon, quand on chante, il faut y croire, c’est dans ce sens que travaille Philippe. » La rigueur dans le travail, l’analyse fine du lien entre le texte et l’intention musicale de Bach, la compréhension de l’architecture des œuvres : telles sont les ingrédients de la recette Herreweghe.
L’Abbaye aux Dames a résonné des voix des grands chanteurs Christoph Prégardien, Andreas Scholl, Barbara Schlick, et connait aujourd’hui la jeune garde : Dorothee Mields, Damien Guillon, Thomas Hobbs et Peter Kooij. « Avec ces quatre-là, on tient un équilibre idéal de timbres, de talents, d’émotions », juge Hélène Décis-Lartigau. Si les premiers étaient des « solistes stars », depuis six ans les seconds chantent avec le choeur. «Cela permet de garder une même couleur dans les solo et les ensembles, donc une plus grande cohérence musicale. Les parties de choeur doivent être aussi expressifs que les airs », analyse l’alto Damien Guillon.
Qu’ils viennent aux concert de 13h, ou gratuitement assister aux répétitions du Collegium, les mélomanes sont toujours nombreux et fidèles. « Ils sont souvent plein d’allégresse, constate Cécile Pilorger. Cette musique donne de l’énergie aux gens ». Dans la cour de l’Abbaye, une blague circule : « Et si la programmation des Cantates devait d’arrêter ? » « Je fais confiance à Stefan Maciejewski, répond Hélène… mais on aura une grosse crise de manque ! »
Conférence à 12h et concert à 13h, Abbaye aux Dames. 8 à 50 €. 05 46 97 48 48.
Photo © Michel Garnier

Leave a comment