Bordeaux fête Wagner, enfin ! HeidiMelton_credit_KristinHoebermann Full view

Bordeaux fête Wagner, enfin !

CONCERT – De l’auditorium à la cathédrale, l’anniversaire du compositeur sera célébré avec quatre concerts dont une soirée « jeunes » à 2 euros.
Le monde musical fête en 2013 l’anniversaire de Richard Wagner, né le 22 mai 1813. Ce compositeur n’a pourtant pas besoin d’une année commémorative pour que les médias parlent de lui. Il ne passe pas une saison musicale sans son petit scandale wagnérien : un baryton avec un tatouage nazi dans l’opéra « Les maîtres chanteurs », une mise en scène particulièrement ratée au mythique festival de Bayreuth, des archives révélées, des querelles familiales, un roman sur sa puissante femme Cosima, etc.
Mais, avant tout, il ne se passe pas une année sans que ses œuvres ne soient jouées. Son nom est malgré tout assez rare à l’affiche des soirées bordelaises, que ce soit à l’opéra (un « Tannhäuser » en 2009) ou à l’orchestre (une ouverture ou une « Siegfried Idyll » par-ci, par-là). Réjouissons-nous des concerts « 100% Wagner » de l’Orchestre National Bordeaux-Aquitaine cette semaine et du concert de Jean-Baptiste Dupont ce soir. L’organiste titulaire des grandes orgues de la cathédrale a transcrit pour son instrument le « Prélude et mort d’Isolde » de Wagner, et même la redoutable « Sonate en si mineur » de Liszt, ami puis beau-père de Richard. Deux défis qu’on écoutera avec curiosité.
Best of Wagner à 2 euros
A l’auditorium, le programme pourrait s’intituler « Le meilleur de Wagner » ! Le chef britannique Paul Daniel dirigera en effet quelques unes des plus belles pages wagnériennes : « Ouverture et Bacchanale » de « Tannhäuser », « Prélude et mort d’Isolde » et de grands moments du « Crépuscule des dieux », le dernier épisode de la Tétralogie. Jeudi, les 16-26 ans pourront entendre ce programme pour seulement deux euros.

L’hommage à ce révolutionnaire de l’art lyrique sera encore plus complet lors des deux concerts de mercredi et vendredi : on y entendra une grande voix wagnérienne, c’est-à-dire possédant un registre grave, une belle puissance vocale et un souffle à tout épreuve. Tenant le rôle titre d’« Ariane à Naxos » à Bordeaux en 2011, Heidi Melton possède toutes ces qualités, en plus d’un caractère dynamique et enjoué. Au fil des interviews, la soprano américaine parle sans détour de son adoration pour Wagner et de la condition physique nécessaire pour chanter sa musique ! « Tout devient plus beau, plus lumineux. Après avoir chanté le Ring (les quatre opéras du cycle « Der Ring des Nibelungen », ndlr), je suis bouleversée, dans le bon sens du terme ! Les fleurs sont plus belles, leurs parfums plus intenses », a-t-elle confié. Comme en 2009 au Grand-Théâtre, elle incarnera Elisabeth, héroïne de « Tannhaüser », dans son fameux air d’entrée « Dich, teure Halle ». Elle sera aussi Isolde dans le captivant « Mild und Leise », et la walkyrie Brünnhilde au moment terrible de son suicide. De Richard Wagner, voilà ce qu’il faut retenir car, derrière les scandales, il y a l’une des musiques les plus étonnantes qui soit.
Mercredi 9 octobre à 20 h et vendredi 11 à 19 h. Auditorium, 9 cours G. Clémenceau. 8 à 45 €. 05 56 00 85 95. Concert « Spécial jeunes » pour les 16-26 ans (musique symphonique uniquement) le jeudi 10 à 20 h. 2€. Concert orgue : mardi 8 octobre à 18 h, Cathédrale. Gratuit.


Article paru dans Sud Ouest du mardi 8 octobre 2013.

Photo : Heidi Melton © KristinHoebermann

Leave a comment