Festival de Saintes 2014 : place aux jeunes ! Vox-Luminis-C2-A9-Ola-Renska Full view

Festival de Saintes 2014 : place aux jeunes !

FESTIVAL – Renouvellement des générations pour la nouvelle édition du festival de musique classique de la Cité musicale de Saintes.

« On voit toujours les mêmes artistes » : cette plainte régulière des grincheux de la musique classique n’aura pas cours à Saintes cet été. La programmation de la nouvelle édition du festival montre que la jeunesse a toute sa place à la Cité musicale.
La démonstration commence avec le concert d’ouverture, le 11 juillet, par les trentenaires de l’ensemble Vox Luminis, dirigé par Lionel Meunier. Ces franco-belges sont venus une première fois au festival en 2012 avec un choix d’œuvres que les programmateurs leur refusaient : trop ardu disaient-ils. Au final : une Abbaye pleine à craquer, un public et des musiciens en liesse. Une telle introduction ne s’invente pas. Revoilà donc les Vox Luminis avec une des plus belles pages de la musique allemande d’avant le baroque : « Les fontaines d’Israël » de J.H. Schein.

Les Cantates sans Philippe Herreweghe
On retrouvera l’ensemble le dimanche pour « la Cantate de 13 h ». Pendant des années, le chef baroque Philippe Herreweghe, figure tutélaire du festival, a dirigé les nombreuses Cantates de J.S. Bach dans l’abbatiale, faisant du concert de mi-journée une étape obligée pour le festivalier. Oh sacrilège ! Philippe Herreweghe ne dirigera pas de Cantates cette année, au profit de Lionel Meunier (le 13) et de Damien Guillon (le 18). Au même horaire on retrouvera de jeunes musiciens au talent confirmé : le claveciniste Jean Rondeau (le 15), la soprano Céline Scheen (le 16), et le pianiste Alexandre Tharaud (le 12), avec les Variations Goldberg, un cycle profane mais presque aussi mystique qu’une Cantate.
Mystique ? On peut oser le mot à l’Abbaye aux Dames car les lieux – un ancien cloitre féminin – est chaque été enveloppé d’une foi immense en la capacité de la grande musique à toucher l’âme et à apaiser l’esprit. On se laissera soigner avec le chant grégorien d’Hildegarde Von Bingen, cette abbesse du XIIe siècle créatrice de poèmes, de recettes médicinales et de musiques ! Ces chants a capella seront mis en lumière par une création du compositeur contemporain Zad Moultaka (le 13) lors du concert de l‘ensemble De caelis. 
Le festival de Saintes, qui a bâti sa réputation sur la redécouverte de la musique baroque ne se limite pas à ce répertoire. Les musiques du XX et XXIe siècle y sont aussi bien servies : par le bouillant Het Collectief dans La Nuit transfigurée de Schoenberg et un choix de musique chorale et instrumentale de Janacek (les 16 et 17), par l’orgue de Maude Gratton (le 14 juillet) et par le Chœur de chambre les Eléments et son programme « Des Américains à Paris » (œuvres de Leonard Bernstein, Philip Glass, Steve Reich), un beau succès lors de la dernière Folle Journée de Nantes. On pourrait aussi ajouter à cette liste un objet musical non identifié : un hommage à la jazzwoman Nina Simone par la superbe violoncelliste Sonia Wieder-Atherton et le génial pianiste de jazz Bruno Fontaine.
Année Rameau
Le baroque n’est évidemment pas en reste. Pour fêter l’année Rameau, mort il y a 250 ans, Les Folies Françoises donneront une sélection d’airs d’opéra avec les chanteurs de l’atelier lyrique de l’Opéra de Paris. Le Concert Spirituel, dirigé par Hervé Niquet, vient avec les Leçons des ténèbres de Couperin. Et enfin, la star montante du baroque sera entendue à Saintes : Léonardo Garcia Alarcon, sa Capella Mediterranea et le Chœur de chambre de Namur dans un de leurs « tubes » : « Il Diluvio Universale » de Falvetti. Ceux qui s’imaginent – à tort – trop peu savants pour apprécier cette musique pourront assister aux conférences gratuites de la pétillante musicologue Hélène Décis-Lartigau, ou se faire une idée lors des répétitions ouvertes au public. Les festivals forment la jeunesse !

Nos autres coups de cœur !
– Les deux concerts du Jeune Orchestre Atlantique, formation de futurs musiciens professionnels, dirigés par Philippe Herreweghe : le samedi 12 à 19 h 30
– Les mélodies françaises chantées par la soprano Isabelle Druet – le mardi 15 juillet à 22 h.
– Une soirée romantique avec la pianiste Beatrice Rana dans Chopin et Schumann : le 17 juillet à 22 h.
– Le « Cabaret de curiosités » de l’ensemble Ars Nova : Kurt Weill, Jacques Offenbach et Vladimir Kosma. Le samedi 19 juillet à 11h.
– Se plonger dans la musique de Janacek avec le quatuor Zaïde – vendredi 18 à 22 h – avec le Collegium Vocal Gent – le mercredi 16 juillet à 19 h30 – et le Het Collectief – le 16 juillet à 11 h.
– L’Orchestre des Champs-Elysées dans Schubert : La symphonie inachevée – le mardi 15 juillet à 18 h 30- et la Messe en mi – le samedi 19 juillet à 19 H 30.

Du 11 au 19 juillet à Saintes et sa région. 05 46 97 48 48. Tarifs : 8 à 55 €. www.festivaldesaintes.org

Article paru dans Sud Ouest Dimanche du 6 juillet 2014. Photo : Vox Luminis © Ola Renska 

Leave a comment