• Home  /
  • Evenements   /
  • Festival de Saintes : aujourd’hui, on ne choisit pas !
Festival de Saintes : aujourd’hui, on ne choisit pas ! Het-Collectief-C2-A9-helena.be_ Full view

Festival de Saintes : aujourd’hui, on ne choisit pas !

FESTIVAL – Chopin, Bernstein, Schoenberg ou Couperin…Faut-il vraiment choisir ? La journée musicale s’annonce chaude et ensoleillée !
Il y a des jours comme aujourd’hui où l’on ne veut pas avoir à faire des choix. Les quatre concerts donnés dans l’abbatiale sont tous alléchants bien que très différents. Petite visite guidée de la journée.
Une matinée déjantée
Les mélomanes se souviennent encore de leur « Pierrot lunaire » à Saintes en 2011. Le Het Collectief, un ensemble de musiciens venus de Bruxelles, a un don particulier pour aborder le répertoire du XXe siècle de manière déjantée, décontractée et vivante. Ils donnent cette année la fameuse « Nuit transfigurée » de Schönberg, œuvre qui a annonce le basculement de la musique classique dans l’ère moderne. Ce sextuor à cordes ne doit plus s’écouter comme une pièce anticonformiste mais bien comme un chef d’œuvre du répertoire du siècle passé : cette ode amoureuse a été écrite en 1899 !


Het Collectief # Schönberg from helena.be on Vimeo.

Un déjeuner à l’Américaine
Coup de cœur également pour le nouveau programme du Chœur de chambre Les Eléments. Créé en février dernier à La Folle Journée de Nantes, il est dédié à la musique américaine du XXe siècle. Pourtant son fil conducteur est une Française, Nadia Boulanger. Cette chef d’orchestre, première femme à diriger les grandes phalanges américaines, a accueilli dans son conservatoire de Fontainebleau de nombreux compositeurs américains : Aron Copland (qui lui a dédié ses quatre motets), George Gershwin, Philip Glass… dont on entendra un « Knee-play », extrait de l’opéra « Einstein on the beach », pièce redoutable pour l’articulation. Egalement à l’affiche : la sympathique « clapping music » de Steve Reich ou des oeuvres vocales de Leonard Bernstein, plus délicates que son dynamique « West Side Story ». Pour tous les publics.

Une soirée à la bougie
Hervé Niquet n’est pas un inconnu au Festival de Saintes : il est venu successivement comme chanteur au Collegium vocale Gent, comme directeur du Concert Spirituel et même chef d’orchestre du Jeune Orchestre de l’Abbaye aux Dames (J.O. Atlantique à l’époque). Son programme du jour : une recomposition imaginaire d’un office du week-end de Pâques du XVIIe siècle autour des Leçons des ténèbres de Couperin. « On chantait ces leçons en fin de semaine Sainte, allumant des bougies toute la nuit pour conjurer l’obscurité, explique Hervé Niquet. Les religieuses étant occupées, les couvents recrutaient discrètement des chanteuses d’opéra à leur place… et tout le monde le savait ! J’ai gardé ce caractère particulier en choisissant six voix aux timbres riches et parfois hétérogènes. » Si le sujet vous intimide, passez écouter la conférence de présentation à 18h30 (gratuite).
Une nuit sous le charme
La journée se finira dans la douceur et sous le charme de Beatrice Rana. Cette pianiste italienne est une perle, un bijou en métal précieux, alliage de force et de sensualité. Elle fait chavirer les cœurs qu’ils soient américains (prix du public au prestigieux concours Van Cliburn aux Etats-Unis), italiens (Prix Arturo Benedetti Michalangeli) ou allemands (jeunes solistes de la Tonhalle de Zürich). Pour l’Abbaye aux dames, elle interprétera ses compositeurs de prédilection, Chopin et Schumann : la controversée sonate en si bémol du premier (celle de la fameuse marche funèbre !) et les Etudes symphoniques du second. Une association plutôt amusante quand on sait que Schumann trouvait la marche de Chopin… repoussante !

Aujourd’hui à 11h, 13 h, 19 h 30 et 22 h, Abbatiale. De 14 à 55 €. 05 46 97 48 48. *

Beatrice Rana © Neda Navaee – Het Collectief © helena.be – Herve Niquet © Eric Manas – Le choeur de chambre Les Eléments © François Passerini

Leave a comment