Classique au vert : la pelouse, version concert Classique-au-Vert-2013-C2-A9-Agence-Sequenza Full view

Classique au vert : la pelouse, version concert

 

FESTIVAL – Le succès de ce festival classique au Parc Floral de Paris témoigne de l’engouement pour les concerts de plein air, où les mélomanes sont aussi promeneurs. L’édition 2014 débute le 2 août.

Le green c’est in! De la bouteille d’eau en matière végétale à la maison isolée avec du chanvre, nous faisons de plus en plus de place au vert dans nos vies. Pour les festivals de l’été, même tendance. Certes, les vieilles abbayes et sublimes châteaux ont toujours la cote pour accueillir, l’été venu, des concerts, des expositions, des spectacles. Pourtant, la pelouse leur fait concurrence. 
Les Anglo-saxons connaissent bien cette tradition des festivals, de Woodstock aux Etats-Unis à Glastonbury ou les Proms au Royaume-Uni : à la périphérie des villes, on vient passer plusieurs heures avec enfants et pique-nique, autant pour l’attraction culturelle que pour le bon air et le soleil. Paris, sur le même modèle, a transformé les 35 hectares de son Parc Floral en rendez-vous estival dédié au jazz avec le Paris Jazz Festival et à la musique classique avec Classique au vert. Facile d’accès en transport en commun comme en voiture, le parc est plus accueillant que certaines salles parisiennes envers les familles et les personnes à mobilité réduite. Entre 10 et 15 % des spectateurs sont des touristes. Vers 15h, ce petit monde vient s’installer sous le vélum ou espace Delta, une grande voile de bateau qui abrite quelques 1500 places assises et une scène légèrement sonorisée, même pour le classique. Un investissement engagé par la Mairie de Paris face aux succès de ces festivals.
Pour convenir aux mélomanes comme à tous les badauds qui resteront sur la pelouse avec leur goûter, les deux festivals offrent des programmations exigeantes mais très ouvertes. « Nous mettons l’accent sur la médiation, explique Marianne Gaussiat, co-directrice de l’Agence Sequenza en charge de la programmation de Classique au vert. « Les Parcs et jardins de la mairie de Paris nous demande de proposer un panorama éclectique de la musique classique, ouvert sur les autres musiques, les autres arts. Le festival commence avec un programme mi-classique mi-jazz, pour faire le lien avec le Paris Jazz Festival qui vient de s’achever ». Le festival cloture le 13 septembre avec un programme « Les femmes et la Grande Guerre » par l’ensemble Calioppée.

La co-directrice de l’Agence Sequenza (qui assure également la promotion d’une quinzaine de festivals classiques comme Les Flâneries musicales de Reims, Annecy classic festival, Vezelay, Pianoscope, etc.), n’aime pas les thématiques comme fil conducteur d’une programmation. Elle a organisé l’édition 2014 en sept week-ends et met l’accent sur la jeunesse (l’Orchestre Français des Jeunes, Romain Leleu, le quatuor Modigliani et le quatuor Tana) et sur la pratique amateur, son crédo. « Nous avons ouvert depuis trois années une scène, en amont des concerts, pour les groupes amateurs et mettons à disposition un piano mobile dans le parc. Nous avons reçu 120 candidatures pour 14 concerts. Dans notre sélection, nous faisons attention à ce que ces groupes soient de vrais amateurs, pas de futurs professionnels sortant des conservatoires nationaux. Ces musiciens ont une autre vie par ailleurs. A ma grande surprise, ils proposent des programmes ordinaux, comportant de la musique contemporaine et beaucoup de transcriptions : ce sont souvent des formations peu communes, construites au fils des amitiés. »

Classique au vert, du 2 août au 14 septembre. Après acquittement des droits d’entrée du parc (5,50 € et 2,75 €) les animations et concerts sont gratuits. Photos ©Jean-Baptiste Millot et Agence Sequenza
Cet article reprend des extraits d’un article publié en 2010 dans TGV Magazine. 

Leave a comment