Anne Gastinel : des affinités particulières avec Bordeaux gastinel Full view

Anne Gastinel : des affinités particulières avec Bordeaux

Anne Gastinel © DR

CONCERT – Premier concert jeudi de la violoncelliste, artiste associée de l’ONBA cette saison.

On se souvient de sa silhouette frêle sur la scène de l’auditorium, de ses cheveux courts que mélomanes et musiciens découvraient pour la première fois. La violoncelliste Anne Gastinel ne devait pas assurer l’inauguration de la nouvelle salle bordelaise mais le retard pris dans les travaux a transformé son concert en « jour J ». « C’était un événement, raconte-t-elle en souriant. Des travaux avaient encore lieu pendant les répétions avec l’orchestre et il n’était pas sûr que le concert puisse se faire. Cela a créé une ambiance électrique, excitée. » Anne Gastinel est de retour dans cet auditorium : elle est « artiste associée » de l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine pendant cette saison 2014-2015, prenant la suite du pianiste Bertrand Chamayou.

Quatre rendez-vous sont prévus, entre octobre et mars : deux dates avec l’ONBA et deux autres en musique de chambre avec la pianiste Claire Désert, sa grande copine et comparse de scène, mais aussi des amis musiciens de la région et sa sœur Frédérique, altiste à l’ONBA. Pas de récital solo ? « J’ai plutôt envie de jouer avec les autres », confie la musicienne, qui n’a jamais hésité avec un poste au sein d’un orchestre. « Je n’ai pas eu le temps de me poser cette question. A 17 ans ma carrière de soliste s’est lancée, une carrière qui me convient. Je suis bien toute seule même si j’aime partager, d’autant plus lorsqu’il y a des affinités particulières, comme à Bordeaux ».

Jeudi, elle vient jouer « Schelomo, rhapsodie hébraïque pour violoncelle et orchestre », un OVNI signé Ernest Bloch, américain d’origine suisse du début du XXe siècle, portant sur la phrase de L’Ecclésiaste « vanité des vanités, tout est vanité ». « Cette pièce répond tout à fait à mon idée du projet d’artiste associée c’est-à-dire de proposer des choses différentes. Cette œuvre est méconnue en France, sauf des violoncellistes ! Je suis persuadée qu’elle va beaucoup plaire au public car elle est très équilibrée, dans un style parfois romantique, parfois élégiaque, mais aussi exubérant et très vivant dans son intégration de thèmes musicaux juifs. Je l’ai découverte à dix ans car je devais la travailler pour un Concours. En lisant le titre de l’œuvre imposée, j’étais très déçue. Puis j’ai écouté un enregistrement de Rostropovitch et j’ai eu le coup de foudre.»

L’orchestre de Bordeaux sera dirigé par Sascha Goetzel qui était déjà venu en 2012 à Bordeaux. Mercredi 15 une version « light » du programme – sans la soliste – est proposée aux étudiants et aux moins de 26 ans pour seulement 2 euros.

Jeudi 16 octobre, 20 h, auditorium. 8 à 35 €. 05 56 00 85 95. Séance à 2 € le mercredi 15 à 20 h pour les étudiants et moins de 26 ans.
Article paru dans Sud Ouest dimanche 12 octobre.

Leave a comment