Le concerto de Richard Galliano blogger-image-1203788052 Full view

Le concerto de Richard Galliano

Richard Galliano

CONCERT – L’accordéoniste est aussi compositeur. Sa nouvelle œuvre, « Contrastes », est créée lundi au Théâtre du Chatelet.

En 2014, Richard Galliano a reçu une Victoire de la musique classique. Catégorie ? Compositeur. Une surprise pour ceux qui associaient son nom à un accordéoniste… de jazz, de surcroit. « J’ai toujours composé en parallèle de mon métier de soliste, même à l’époque où je travaillais avec Nougaro, Aznavour et Barbara. D’eux, j’ai appris le plus difficile : faire une chanson, avoir un thème qui reste en mémoire… Pour le reste je suis un autodidacte, sauf quelques leçons d’harmonie et de contrepoint au Conservatoire de Nice dans ma jeunesse… ».

Au théâtre du Chatelet à Paris ce lundi sera créée sa dernière composition : « Contrastes » pour accordéon, orchestre et violoncelle avec, dans l’ordre : Richard Galliano, l’Orchestre Royal de chambre de Wallonie, et Henri Demarquette.

Composer pour un orchestre et un soliste semble naturel à Richard Galliano. « L’Accordéon est un orchestre à lui tout seul. Avec ma main gauche, j’évoque le violoncelle. C’est la même tessiture. » Il fait de même avec Bach : « Il a écrit un Concerto pour violon et hautbois que nous jouerons lundi avec l’accordéon et le violoncelle. Ce sont les mêmes notes transposées pour nos instruments. Ca sonne aussi bien car Bach est un génie. »

Pas de barrière
L’accordéoniste collabore depuis dix ans avec le violoncelliste classique Henri Demarquette. « On a dû faire le chemin l’un vers l’autre, explique Galliano : avec moi, Henri a appris le style nécessaire pour jouer Piazzola, et grâce à lui je me suis permis d’enregistrer un disque Vivaldi ! »

« Contrastes » est le fruit de ces voyages entre les styles : Galliano y compose une valse musette flanquée d’une fugue classique et d’une milonga sud-américaine. « Les pseudo compositeurs expérimentaux vont dans le mur à force de se couper de leurs racines : la mélodie, la danse. Je joue de l’accordéon, du bandonéon, du piano et du trombone. J’aime le classique, le tango et la musique brésilienne. Quand je compose, je ne veux pas de barrière. »

Lundi 15 décembre, 20 h, Théâtre du Chatelet. 10 à 55 €.

 

Leave a comment