A Malte, la musique contre le terrorisme image Full view

A Malte, la musique contre le terrorisme

imageLe festival international baroque de Valletta sur l’île de Malte s’est ouvert le 10 janvier en rendant hommage aux victimes du terrorisme en France.

« J’ai longtemps eu peur de ce premier concert, a confié Kenneth Zammit Tabona, directeur artistique du Festival baroque de Valetta. Quelle idée ai-je eu de programmer des « Lamentations » en concert d’ouverture du festival, me disais-je… mais après la semaine que l’Europe vient de vivre, je me dis qu’il n’y avait pas de meilleur choixet je vous demande de faire une minute de silence en mémoire des victimes de la terreur en France. »

A ces mots, à ce silence douloureux, succédèrent les délicates harmonies des voix a capella. Sous la direction de Paul van Nevel, les chanteurs de l’excellent Choeur de chambre des Pays-bas (Nederlands Kamerkoor) forment un cercle baigné des lumières des candélabres. Ils enchaînent des « Lamentations » des XVe et XVI siècles, un programme qu’ils donnent pour la première fois avec une profondeur et un engagement merveilleux. Après le Magnificat de Robert White, ils éteignent petit à petit les bougies jusqu’à finir dans le noir pour interpréter les Lamentations de ce compositeur anglais. Quelle performance ! Quelle beauté !

Une telle juxtaposition entre l’horreur des kalatchnikov et la beauté de la musique ancienne déchire le choeur. Est-il surprenant de rendre un tel hommage dans cette Église Saint-Nicolas « de toutes les âmes », l’une des 400 églises de Malte ? Certainement pas.

Outre que l’actualité française a ému les populations de nombreux pays, elle trouve une résonance particulière ici, à Malte… Une île au centre de la Méditerranée, bain commun des cultures arabes et européennes. Une île qui doit sa réputation à des chevaliers de retour des croisades, un de ces moments ambiguës de l’Histoire où l’amour pour un dieu devient prétexte à la guerre.

Le lendemain dimanche 11 janvier, le pianiste ukrainien Dmytro Sukhovienko présentait son bis, une étude de Scarlatti, comme une traversée, « une façon de marcher aux côtés des manifestants à Paris ».

—-
En 2018, la ville de Valletta, capitale de Malte, sera « ville européenne pour la culture », l’occasion pour ce petit Etat de lancer quelques événements culturels et touristiques comme le Festival Baroque de Valletta. Baroque ? Forcément, car c’est bien ce mouvement artistique que les chevaliers de l’Ordre de Malte apportèrent dans l’île, de retour des croisades. L’architecture, la peinture et la musique de Malte sont baroques. Chaque janvier, depuis 2012 (et on l’espère au delà de 2018), le festival, dirigé par Kenneth Zammit Tabona, programme la crème des interprètes baroques : Sigiswald Kuijken, The King’s Consort, Le Concert Spirituel ou encore La Cappella Mediterranea de Leonardo Garcia Alarcon, pour ne citer que quelques uns des invités de l’édition 2015.

Valetta international baroque festival, jusqu’au 24 janvier à La Valette, capitale de Malte.

Leave a comment