L’Opéra de Paris change d’air Stephane Lissner, Directeur de l’Opera National de Paris Full view

L’Opéra de Paris change d’air

FACADE3NOUVELLE SAISON – Le nouveau directeur de l’Opéra de Paris, Stéphane Lissner, a présenté un ambitieux projet pour ouvrir la maison au grand public. Les réservations ouvrent depuis le 26 mai 2015.

Arrivé en août dernier, Stéphane Lissner a présenté le 4 février la prochaine saison de l’Opéra de Paris, une saison ambitieuse, à l’image de son projet pour cette grande maison de 1700 salariés. 18 nouveaux spectacles sont annoncés : 8 opéras, 9 ballets et un programme mélangé qui permet de voir le même soir « Lolanta » un opéra de Tchaïkovski et son ballet « Casse-Noisette » revisité par des chorégraphes comme Benjamin Millepied, directeur du ballet de l’Opéra, ou l’étonnant Sidi Larbi Cherkaoui. Au-delà de la nouvelle saison, c’est toute la maison qui danse sur un autre tempo avec…

Une nouvelle salle. Après le Palais Garnier, Bastille, une « 3e scène » s’ouvre à l’Opéra de Paris… sur le net, accessible depuis le site web de l’Opéra. Cette plateforme numérique proposera des créations vidéo autour de la danse, la musique et l’opéra. Un gadget promotionnel ? « Non, il s’agit d’un gros investissement artistique et financier, explique Stéphane Lissner, afin d’anticiper le rapport de l’Opéra de Paris avec la jeune génération ». Biberonnés à Youtube et Facebook, les jeunes attendront plus que des billets de spectacle. En septembre, 17 films seront mis en ligne pour présenter les 17 danseuses étoiles de la maison, filmées par Benjamin Millepied. Et pour que ces jeunes n’en restent pas à leur ordinateur, l’Opéra de Paris propose aux moins de 28 ans d’assister aux avant-premières de 13 spectacles à 10 euros.

Plus de captations. L’opéra au cinéma connaît un succès grandissant en France et dans le monde. On peut y voir des chefs-d’œuvre lyriques en direct… de New York ! Pour rattraper le retard de Paris par rapport au Metropolitan Opera, l’Opéra de Paris veut densifier le nombre de spectacles proposés et le nombre de salles de cinéma qui les projetteront. De 400 à travers le globe, le chiffre passerait à 1000 d’ici trois ans. Et au-delà du cinéma, l’ensemble des productions de l’Opéra de Paris sera capté puis diffusé à la télévision et via les sites internet comme Culturebox.

Plus de stars. « Le répertoire et les chanteurs sont les deux premières raisons d’un achat de billet », rappelle Stéphane Lissner. Le nouveau directeur a donc convié la crème des artistes lyriques : Roberto Alagna, Elīna Garanča, Plácido Domingo, entre autres. Le ténor Jonas Kaufmann chantera « La Damnation de Faust » de Gounod, un spectacle idéal pour ceux qui n’ont jamais mis les pieds à Bastille : « Une grande voix et une mise en scène assez futuriste », résume le directeur. On peut déjà s’abonner.

 

Stephane Lissner, Directeur de l'Opera National de ParisFOCUS :  Stéphane Lissner, l’homme de la situation

L’Opéra de Paris, premier opéra du monde : telle est l’ambition de Stéphane Lissner, 62 ans. De l’esbroufe ? Le nouveau directeur a le C.V. idéal pour réaliser ce défi. Ancien directeur du Théâtre du Chatelet, puis du festival d’Aix-en-Provence, il tenait les rênes de la Scala de Milan, premier Français à occuper ce poste de « surintendant ». A Milan, il a dépoussiéré la vénérable maison et l’a sauvée de la faillite. Fin gestionnaire, Stéphane Lissner a la main à l’Opéra de Paris sur un budget annuel de 205 millions d’euros, dont un peu moins de 50 % provenant de l’Etat. Peu de maisons disposent d’une telle enveloppe si ce n’est le Metropolitan de New-York… qui a dû trouver cet été de quoi faire une économie de 80 millions d’euros. Côté artistique, Lissner joue les équilibristes entre audace et ouverture au grand public : « L’Opéra de Paris ne peut pas être du divertissement pur. Il doit aussi être un lieu de réflexion ». Il cite « Moïse et Aaron », opéra de Schönberg qu’il programme en octobre 2015 et qui parle de l’exode… à l’heure où l’ONU recense 11 millions de réfugiés dans le monde.

Article paru dans Le Parisien du 5 février 2015.

Related Articles

2 Comments

Leave a comment