Les amoureux de la salle Gaveau Pierre E. Danan. Photographie de Mr et Mme Fournier. Gaveau – bdef Full view

Les amoureux de la salle Gaveau

Pierre E. Danan. Photographie de Mr et Mme Fournier. Gaveau -  bdefPORTRAIT – Depuis la fermeture de la salle Pleyel la salle Gaveau. est l’un des derniers lieux du centre de Paris dédié à la musique classique. Rencontre avec les propriétaires.

Une saison de concerts s’achève et déjà une autre s’annonce. Pour Chantal et Jean-Marie Fournier, les propriétaires de la salle Gaveau à Paris, ce moment est toujours fort. Cette année, plus encore : depuis la fermeture de Pleyel en décembre, Gaveau est le seul lieu dédié à la musique classique au cœur de Paris géré par des particuliers. « Jadis, notre public était composé de mélomanes qui ne se sentaient pas bien à Pleyel, trop grande et à l’acoustique moyenne. Aujourd’hui nous accueillons ceux qui veulent rester dans le 8e arrondissement !, constate Jean-Marie. Certains musiciens préfèrent cette salle intime aux grandes jauges de la Philharmonie de Paris. Le brillant pianiste Ivo Pogorelich est de ceux-là. Il est l’une des têtes d’affiche de la prochaine saison de Gaveau (voir encadré).

Une âme particulière
Le couple Fournier organise des concerts de musique classique depuis 40 ans : beaucoup de piano, des orchestres baroques, des grandes voix, des spectacles mêlant humour et musique : « Les marmots à Gaveau » pour le jeune public, une « Folle nuit de Gaveau » sur le mode de la Folle journée de Nantes. Dire que Gaveau aurait dû être un parking ! Le couple en rit encore. On imagine très bien l’effroi que ces deux amoureux de la musique ont dû ressentir quand, en 1975, ils apprennent cette nouvelle. Impensable ! Comme la salle Pleyel toute proche, Gaveau et ses mille places était un lieu essentiel de la vie musicale. Et puis, cette salle construite en 1906 est importante dans leur histoire d’amour. C’est là qu’en 1961 Chantal vient écouter Jean-Marie, un jeune pianiste prometteur.

C’est lui qui convainc les propriétaires de la salle, une compagnie d’assurance de lui louer les lieux. « J’étais inexpérimenté. A la rue de Madrid (le Conservatoire de musique de Paris, ndlr), on ne vous forme pas à ça. J’ai fait appel aux copains pour la première saison. J’ai publié des affiches avec écrit « Complet » dessus pour attirer du monde ! » Les Fournier rachètent la salle en 2005.

Gaveau a vu défiler les grands noms du classique comme le ténor Roberto Alagna et le violoncelliste Mstislav Rostropovitch. « Il adorait tellement la salle, raconte Jean-Marie, qu’il a offert un concert gratuit qui a servi à payer le parquet ! » En 1999, la grande salle du premier étage est restaurée et classée monument historique. Les fauteuils retrouvent leur couleur d’origine : un jaune bouton d’or très original, comme le souligne avec fierté les amoureux de Gaveau.

 


La nouvelle saison
– Les grands pianistes : Jean Claude Pennetier le 13 octobre, Philippe Bianconi le 3 décembre, Philippe Cassard le 11 février, Adam Laloum et David Kadouch le 15 février, Ivo Pogorelich le 21 mars, Anne Queffelec le 6 juin.
– Des divas : Sandrine Piau le 9 novembre, Véronique Gens le 12 novembre, Vivica Génaux le 2 février, Pumeza Matshikiza le 6 avril.
– Du baroque ! L’ensemble le Concert Spirituel le 17 novembre, le récital de Nathalie Stutzmann le 7 mars, les 15 ans de l’ensemble L’Arpeggiata les 14 et 15 novembre.
– En famille !  » Au cœur d’une œuvre  » par la pianiste Claire Marie Le Guay les 30 septembre, 2 décembre, 16 mars et 8 juin.
– « Les midis de Gaveau » : Jean François Zygel donne au cours de l’année six séances d’improvisation.

Article paru dans Le Parisien du 19 juin 2015

Related Articles

Leave a comment