Nico Muhly, surprise du Festival de Saint-Denis Nico-Muhly-Samantha-West Full view

Nico Muhly, surprise du Festival de Saint-Denis

PORTRAIT – Le Festival de Saint-Denis met à l’honneur un jeune compositeur de musique classique, l’Américain Nico Muhly.

Nico Muhly est un compositeur de musique classique mais il n’a pas l’air sérieux de Bach ni la perruque de Mozart. Il a 33 ans, vit à New-York et est bien vivant ! Nouvelle star de la composition, Nico Muhly est la surprise du Festival de Saint-Denis (Jusqu’au 2 juillet). Deux de ses œuvres y seront jouées pour la première fois en France : son Concerto pour alto par l’Orchestre national d’Ile-de-France le 10 juin à la basilique de Saint-Denis et le 7, « Sentences », une pièce qui s’inspire de la musique ancienne.

L’Américain est en effet plus influencé par la musique de notre vieille Europe que par Leonard Bernstein et George Gershwin ! Il a été l’assistant de Philip Glass, né en 1937, fer de lance du courant minimaliste. Comme son mentor, Nico Muhly écrit une musique sobre, fluide, qui se marie très bien avec le cinéma et la danse. En ce moment il travaille avec le chorégraphe Benjamin Millepied qui lui a commandé une pièce pour son nouveau ballet, à découvrir à l’Opéra de Paris en septembre. « J’ai rencontré Nico en 2005, confie Benjamin Millepied. Il m’avait donné son premier disque et j’ai été très touché par son utilisation des rythmes. J’ai tout de suite eu des images de ballet. Pour l’Opéra de Paris, je lui ai demandé une musique extrême, explosive, où les danseurs ne s’arrêtent pas ! »

Si sa musique est classique, sa manière d’en parler est moderne. Nico Muhly raconte quotidiennement sur Twitter sa vie de compositeur du XXIe siècle (quelques 50 000 abonnés). Il donne des interviews par Skype et compose sur des histoires contemporaines. « Sentences » évoque ainsi la vie d’Alan Turing, mathématicien et cryptologue britannique qui a posé les bases de l’informatique. « Les codes informatiques m’obsèdent !, explique Nico Muhly en riant. Je trouve qu’écrire de la musique ressemble à cette idée de coder, décoder, décrypter. J’aime beaucoup le mot français « déchiffrage » car c’est le même mot pour une partition qu’on lit pour la première fois et pour un code secret. ». Alan Turing sera condamné pour homosexualité à la castration chimique. Nico Muhly a choisi un contre-ténor, un chanteur à la voix aigue, pour « jouer sur les fantasmes que peut évoquer cette voix dont le genre est ambigu. Et cette condamnation… la vie de Turing est une tragédie moderne. ».


Les temps forts du festival
Un plongeon dans l’Histoire ! Le programme de Saint-Denis organise lundi 8 juin dans la basilique une presque reconstitution des funérailles de Louis XIV. Le 15, le musicien baroque Jordi Savall s’associe au Malien Ballaké Sissoko pour retracer « La Route de l’esclavage » en mêlant musiques africaines et baroques. Les divas sont aussi au rendez-vous : la sensuelle Sonya Yoncheva le 16 juin, Karine Deshayes en ouverture le 4 juin, et la jeune star montante, Sabine Devieilhe dans « La Messe en ut mineur » de Mozart le 18 sous la direction de Raphaël Pichon.

Article paru dans Le Parisien du 4 juin 2015

Related Articles

Leave a comment