• Home  /
  • Interpretes   /
  • Abdel Rahman el Bacha, une âme prête à l’universalité
Abdel Rahman el Bacha, une âme prête à l’universalité Abdel Rahman El Bacha – b-photo© Alix Laveau_bd Full view

Abdel Rahman el Bacha, une âme prête à l’universalité

INTERVIEW – Le pianiste est l’invité des Grandes Heures de Saint-Emilion (33) pour un duo piano et violon avec Sébastien Surel au château Larcis-Ducasse. En duo, ils interprètent deux sonates de Mozart et une sonate de Fauré. En solo, Abdel Rahman el Bacha jouera des extraits des « Miroirs » de Ravel ainsi que sa « barque sur l’océan ». Né à Beyrouth à la fin des années 1950, il est devenu une référence pour l’interprétation de Beethoven et Chopin. Il compose également en empruntant à la musique arabe.

Présentez-nous votre partenaire Sébastien Surel
Sébastien Surel est un violoniste classique mais il est souvent amené à sortir du cercle de la musique classique pour aller vers le jazz, etc. Il me semble que c’est le propre des violonistes de pouvoir le faire. Il y a dans les œuvres composées pour le violon des influences tziganes, hongroises, jazz. Cela me semble moins vrai pour le piano même si il y a quelques accents jazz dans la musique de Ravel.

Vous avez baigné dans la musique arabe. Vous a-t-on demandé d’en faire abstraction ?
Si j’avais entendu une phrase comme « n’écoutez pas cette musique ! », je ne l’aurais de toute façon pas pris en compte ! Ma mère qui était chanteuse classique arabe, possédait une voix fabuleuse. Mon père, compositeur, a participé au renouveau de la musique orientale arabe au Liban. A la maison, nous écoutions toute sorte de musique. Ce qui compte dans l’art c’est la qualité, pas le style. Si on a du talent on ne peut que faire de belles choses. Il est idiot de sous-estimer un pianiste parce qu’il joue Gershwin. Comme il est idiot de croire que parce qu’on joue Beethoven on est bon !

On peut jouer Mozart sans être autrichien ?!
Bien évidemment. Ces musiques ont dépassé leur appartenance culturelle. Elles touchent l’humain dans ce qu’il a d’universel. Le compositeur ne l’imagine pas toujours : l’Espagnol Granados ou le Russe Borodine pensaient écrire des musiques « nationales » et pourtant… Il n’y a pas de « bonnes origines ». La seule question est : ce musicien a-t-il une âme prête à l’universalité ?

Prochains concerts :

– les 7 et 19 juillet au Festival d’Aix-en-Provence,
– Le 22 juillet au festival de Vachères (04)
– le 30 juillet au Festival Polignac à Lorient
– Le 1er août au Festival de l’Ile d’Yeu avec Didier Sandre, récitant
– le 3 août aux musicales du Golf à Vannes
– le 6 août à la Roque d’Anthéron.
– le 7 août au Festival Vieille Salinelles (34)
– le 9 août au Festival Musique et Nature en Bauges (73)
– le 20 août au Festival de Musique du Périgord Noir
– le 30 août en cloture du Festival de Musique de la Chaise Dieu

Jeudi 18 juin, 20 h 30 château Larcis-Ducasse, Saint-Laurent-des-Combes. 36 €. 05 57 55 28 28. Article paru dans Sud Ouest du 18 juin 2015.

Leave a comment