• Home  /
  • Interpretes   /
  • Giuliano Carmignola et Amandine Beyer : Vivaldi, à deux c’est mieux !
Giuliano Carmignola et Amandine Beyer : Vivaldi, à deux c’est mieux  ! DSC_4115 Full view

Giuliano Carmignola et Amandine Beyer : Vivaldi, à deux c’est mieux !

INTERVIEW – Le Théâtre des Quatre-Saisons et l’Opéra National de Bordeaux se sont associés pour accueillir deux grands violonistes baroques : Amandine Beyer et Giuliano Carmignola. Tous deux sont experts de la musique de Vivaldi. Leurs enregistrements respectifs des « Quatre saisons » avaient jadis remporté bien des louanges (lire notre article à ce sujet). Amandine Beyer est artiste associée au Quatre-Saisons de Gradignan et vient pour ce concert à Bordeaux avec son ensemble de sept instrumentistes, Gli Incogniti. Giuliano Carmignola avait rallié à sa cause l’auditorium en janvier dernier lors d’un concert également consacré à Vivaldi. Rencontre avec le violoniste italien.

Vous allez jouer à Bordeaux les Concerti a due violini. Deux solistes au lieu d’un, cela change-t-il l’équilibre du concerto ?
Le fait qu’il y ait deux solistes ne change pas grand chose au fond ! L’écriture de Vivaldi créé un dialogue très intense et tendu, comme dans les autres concertos. Ici, les deux violons se répondent. Ils se renvoient l’un à l’autre les thèmes musicaux. La place du soliste est en quelque sorte prise par un duo.

Vivaldi était très prolixe. Comment avez vous choisi ces quatre concertos ?
Il a effectivement écrit une trentaine de concertos à deux violons. Avec Amandine Beyer, nous avons choisi, parmi les concertos de la maturité de Vivaldi, ceux qui nous semblaient les plus beaux. Nous allons enregistrer cet hiver le programme du concert (à paraître chez Harmonia Mundi). Nous avons donc tenu compte du fait que j’en avais déjà enregistrés avec la violoniste Viktoria Mullova (parus chez Deutsche Grammophon).

Partagez-vous avec Amandine Beyer une même vision de Vivaldi ?
Amandine Beyer et moi-même avons une grande admiration réciproque et beaucoup d’estime l’un pour l’autre. C’est dans ces conditions que nous cherchons à nous retrouver dans une vision unique de ces concertos vivaldiens. Nous cherchons à mettre ensemble nos idées – que nous espérons les meilleures ! – au service de cette musique. Cela nécessite un dialogue permanent et d’être à l’écoute l’un de l’autre.

Mercredi 7 octobre, 20 h, Grand-Théâtre de Bordeaux. 8 à 35 €. 05 56 00 85 95.

Leave a comment