Les Concerts de Poche fêtent leurs dix ans !

INTERVIEW – Amener le plus beau de la musique classique dans des territoires où elle est rare : depuis dix ans Les Concerts de Poche réussit ce beau pari. L’association vient même d’être reconnue d’utilité publique. Entretien avec Gisèle Magnan, sa fondatrice et directrice artistique.

10 ans ! Que vous évoque cet anniversaire ?
Gisèle Magnan : le sentiment d’un beau chemin parcouru… un chemin sur lequel Mécénat Musical Société Générale est très présent. Je me souviens encore du premier atelier des Concerts de Poche auquel les équipes de l’association Mécénat Musical Société Générale ont assisté. Les Concerts de Poche étaient alors encore confidentiels mais Mécénat Musical Société Générale a senti l’aspect innovant du projet. Début octobre, nous fêtons ces dix ans avec eux par le biais d’ateliers et de concerts que nous donnons à La Défense et au Val de Fontenay, pour les collaborateurs et des scolaires d’Ile-de-France en collaboration avec l’association « Le défi d’Orphée ».

En 2013, les Concerts de Poche ont élargi leur territoire. Comment cela s’est-il passé ?
G.M. : Avant 2013, nous organisions 600 ateliers et 70 concerts par an sur cinq régions de la moitié Nord de la France. Nous recevions fréquemment des demandes de nouvelles communes. En 2013, grâce au soutien de Mécénat Musical Société Générale, nous sommes passés de 5 à 16 régions et de plus de 1000 ateliers et 90 concerts dans 240 villages et quartiers par an. Avec le futur découpage régional, nous pourrons bientôt dire que nous couvrons la France entière ! L’outil Concerts de Poche est plus que jamais une nécessité, non un luxe. La musique et les ateliers apportent un lien social que les acteurs territoriaux reconnaissent. Pour preuve ces témoignages d’enseignants qui nous ont dit qu’après notre passage, les lycéens de leurs classes ont gagné en confiance, prennent plus facilement la parole.

Comment envisagez vous l’avenir ?
G.M. : Les communes nous demandent de revenir. L’erreur à ne pas commettre serait de leur dire non, sous prétexte d’élargir toujours et encore notre périmètre. Nous préférons mettre l’accent sur des actions plus longues ou qui vont toucher non seulement une commune mais aussi le territoire qui l’entoure… en intervenant par exemple dans le cadre du nouveau temps périscolaire ou sur une communauté de communes. Et il faut toujours avoir le souci de bien former les comédiens et musiciens qui interviennent, de cultiver leur fibre sociale. La soprano Natalie Dessay, le quatuor Modigliani et le Sirba Octet sont notamment programmés cette saison. Des ateliers et des propositions artistique de qualité qui renforcent les liens entre les personnes : tel est le savoir-faire, le savoir-être de notre équipe passionnée.

En savoir plus : www.concertsdepoche.com et sur les comptes Facebook et Twitter @ConcertsdePoche

Leave a comment