L’ensemble Aedes chante Brel et Barbara DSC_0094 Full view

L’ensemble Aedes chante Brel et Barbara

mathieu-romano2INTERVIEW – Brel et Barbara. L’ensemble vocal Aedes dédie aux deux géants de la chanson française son nouveau spectacle : « Léon et Léonie » sera donné à partir du 22 janvier au Théâtre impérial de Compiègne et au Théâtre d’Auxerre, puis en mars au Théâtre Anne de Bretagne à Vanves. Rencontre avec Mathieu Romano, fondateur et directeur musical d’Aedes.

Pourquoi choisir Jacques Brel et Barbara ?
Mathieu Romano : C’est un défi ! Le chœur Aedes, qui fête ses dix ans en 2016, est un chœur généraliste : ses 17 chanteurs interprètent autant la musique baroque que l’opéra, avec une prédilection pour le répertoire a capella. Même si nous abordons régulièrement les musiques du XXe et XXIe siècle, la variété française est une première ! Notre envie est de toucher d’autres scènes et d’autres publics, de nous ouvrir au delà du classique. Nous avons conçu un spectacle a capella, avec décor, mise en scène et chorégraphie. Aedes a une bonne habitude de la scène, pour avoir participé à de nombreuses productions lyriques. « Léon et Léonie » ne rend pas hommage ni ne raconte la vie de Brel et Barbara. Chaque « acte » du spectacle décrit un sentiment, un temps de la vie.

aedes_web_leonComment avez-vous choisi les chansons du spectacle ?
M.R. : Personnellement j’adore Brel. Je connaissais moins Barbara. J’ai écouté ses quelque 250 chansons et réécouté celles de Brel, aussi nombreuses. Pour composer le programme, j’ai écarté les chansons qui étaient par exemple trop orchestrées. Idem pour les chansons dont le texte est au « je » : ce n’est pas pertinent pour un chœur. Il fallait aussi quelques incontournables (« L’aigle noir » et « La Valse à mille temps ») tout en essayant de varier les registres : je ne voulais pas d’une ambiance trop lourde, il faut aussi du rire !

Comment adapter ces chansons à un chœur de 17 chanteurs ?
M.R. : Notre envie n’est pas de pousser la chansonnette mais d’offrir un vrai travail sur ces chansons avec des arrangements léchés. « Léon et Léonie » a donc nécessité un profond travail de re-composition. Le public reconnaîtra les chansons – les œuvres sont traitées avec respect – mais nous proposons quelque chose en plus. J’ai demandé à plusieurs compositeurs de m’aider. Certains sont dédiés à la musique « savante » comme Aurélien Dumont ou Fabien Touchard, d’autres viennent de la variété comme Manuel Peskine. Nous avons aussi eu l’aide de Philip Lawson, un ancien membre du groupe vocal anglais The King’s Singers. Le compositeur Christophe Looten a réussi à faire de « Ne me quitte pas » quelque chose de nouveau, ajoutant une harmonie décalée, presque déstructurée. Cette autre dimension est essentielle sinon on ne peut que décevoir.

Interview réalisée pour Mécénat Musical Société Générale

Leave a comment