Dorsaf Hamdani chante Barbara et Fairouz DorsafHamdani@YassineHamrouni HD Full view

Dorsaf Hamdani chante Barbara et Fairouz

ac159-barbara-fairouzCD – La chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani rend un magnifique hommage à Barbara.

Elle est l’héritière des chanteuses arabes, Oum Kalsoum, Asmahan et Fairouz. Dorsaf Hamdani souffle un vent nouveau sur ces « princesses du chant arabe » (Lire l’interview faite à l’époque). Pour son troisième album, la chanteuse tunisienne a voulu rendre hommage à Barbara. Parmi toutes les tentatives de musiciens de se réapproprier l’héritage de cette icône de la chanson française, « Barbara-Fairouz » (Accords Croisés) est une réussite.

« J’ai découvert Barbara quand j’étais étudiante en musicologie à La Sorbonne à Paris, se souvient Dorsaf Hamdani. En Tunisie, on connaît davantage Edith Piaf. Barbara était encore vivante : je l’ai vue à la télévision… mais je n’ai pas accroché. Plus tard, ma sœur a insisté pour que j’écoute ses chansons, notamment ses textes. Je n’ai toujours pas accroché (rires) mais j’ai gardé le disque. Je savais que j’y reviendrais. »

DorsafHamdani@YassineHamrouni HDNe pas baisser les yeux
La chanteuse tunisienne a rapproché la parisienne Barbara de la libanaise Fairouz. Ces deux traditions du chant, éloignées à première vue, se marient à merveille. « La Solitude », « Gare de Lyon », « Dis, quant reviendras-tu ? » croisent « Atini Nay Wa Ghanni », grand succès de Fairouz. « Nantes » se rapproche de « Jérusalem ». « Moi même j’ai été surprise que ca fonctionne aussi bien !, avoue la chanteuse. Surement car, avec les musiciens, notamment l’accordéoniste Daniel Mille, nous avons épuré les arrangements de Fairouz. »

« Fairouz est la plus contemporaine des grandes chanteuses arabes. Comme Barbara, elle fait des chansons à textes, engagées, ce qui était très novateur pour cette tradition. Fairouz et Barbara parlent de leur quotidien. » Ce quotidien des femmes arabes est un sujet qui tient Dorsaf Hamdani à cœur. « Malgré ce qui se passe, je suis toujours optimiste. La femme dérange ? Je suis contente : ca veut dire qu’elle est intéressante ! La culture arabe est à un carrefour et, pour évoluer, il faut surement détruire un peu. Toute femme affronte des épreuves mais elle ne doit pas se laisser faire : trouver la douceur, rester confiante en elle et travailler dans son domaine. Quand je me place devant quelqu’un, je le regarde dans les yeux, je me fais respecter. C’est ce qui est demandé aujourd’hui aux femmes, notamment aux femmes arabes : de ne pas baisser les yeux. »

En concert : Samedi 5 mars, 20H30, Rocher de Palmer, Cenon (33). 13 à 17 €. 05 56 74 80 00. Et en tournée.

Article paru dans Sud Ouest du vendredi 5 mars 2016.

Leave a comment