Madame le chef laurence-equilbey-2-cjanajocif Full view

Madame le chef

PORTRAIT – Laurence Equilbey est l’une des rares femmes chef d’Orchestre en France. Elle jouait le 8 mars dans la grande salle de la Philharmonie devant une salle comble.

Mardi 8 mars 2016 : les 2400 places de la Philharmonie de Paris sont toutes vendues. A l’affiche ? La symphonie héroïque de Beethoven dirigée par Laurence Equilbey. « Jouer cette symphonie révolutionnaire pour la journée de la femme, c’est un beau clin d’œil, sourit la chef d’orchestre. Une femme chef d’orchestre est une chose rarissime dans le milieu international de l’opéra et de la musique classique. Un chiffre ? 4% des concerts et des opéras programmés en France lors de la saison 2015-2016, sont dirigés par des femmes. «Pour les compositrices c’est encore plus scandaleux», se désole Laurence Equilbey qui milite activement contre la misogynie du monde de la culture.

Femme engagée, Laurence Equilbey est à l’origine de l’édition de la brochure « Où sont les femmes ? » publiée chaque année par la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques), qui récence chaque année la part des femmes solistes, metteur-en-scène, chefs d’orchestre, chorégraphes, dans la programmation des salles. «La place des femmes dans la culture n’évolue pas, constate amèrement Laurence Equilbey : la prise de conscience est là mais il n’y a pas d’actes concrets pour améliorer cette situation. C’est idiot de vouloir une parité pure mais au moins 25% de femmes programmées ce serait déjà bien. Je me bas pour les jeunes, pas pour moi », précise cette artiste dont l’agenda est plein jusqu’en 2020.»

«Laurence Equilbey est la femme phare de la musique classique en France», analyse un connaisseur du milieu. « Elle est une pionnière dans presque tout ce qu’elle a fait ». En 1992, elle créée le Choeur Accentus et ravive l’engouement pour la musique a capella avec, à la clef un beau succès discographique et critique. Européenne convaincue, elle soutient une Europe de la culture en initiant Tenso, regroupement des choeurs professionnels européens.

20 ans après le chœur Accentus, elle a fondé en 2012 « son » orchestre, Insula Orchestra. Il a la particularité de jouer Mozart, Beethoven et Schubert sur des instruments de leur époque. « Insula fait référence à une zone du cerveau liées à nos expériences émotionnelles… Et c’est aussi une île, glisse-t-elle faisant allusion à l’Ile Seguin. Insula Orchestra sera en résidence dans la future « Cité musicale » imaginée par le Conseil départemental des Hauts-de-Seine (voir encadré). Ambitieuse, Laurence Equilbey a un don pour convaincre de la pertinence de sa démarche, comme Patrick Devedjian, député des Hauts-de-Seine, ou la Société Générale, l’un de ses mécènes.

Laurence Equilbey veut proposer pour l’Ile Seguin de nouvelles formes de concerts afin de toucher les jeunes, sa « cible » préférée. Pour amener au concert les ados qui n’osent pas dire qu’ils aiment la musique classique, la chef a déjà multiplié les idées originales. Elle a conçue une mini-série vidéo dans laquelle elle se met en scène avec un jeune fan un peu encombrant… un prétexte pour parler du « Requiem » de Mozart. En 2014, dans un centre commercial de La Défense, elle a laissé les passants diriger son orchestre. « J’adore ces happening car on y rencontre des tas de gens qu’on ne voient pas au concert, commente joyeusement Laurence Equilbey Voir des gosses qui s’éclatent avec ma baguette, c’est super. » Ce vendredi à 17h, elle fait un « Flashmob » avec son orchestre à l’Aéroport Charles-de-Gaulle. Si vous passez par là, vous aurez une chance d’entendre un extrait de la symphonie héroïque de Beethoven.


Des concerts à l’Ile Seguin
Laurence Equilbey est très impliquée dans le projet de l’Ile Seguin, la cité musicale imaginée par le Département des Hauts-de-Seine. Ce complexe situé sur la pointe aval de l’Ile qui abrita jadis les usines Renault ouvrira ses portes en avril 2017. Partenariat public/privé de 170 millions d’euros entre autres, il se compose d’une grande salle de 6000 places et un auditorium de 1100 places. Insula Orchestra, l’orchestre fondée par la chef française y donnera une trentaine de concerts par an. L’auditorium pourra accueillir une fosse de 60 musiciens afin de « proposer des nouveau formats de concerts », explique la chef. « On pourra y donner la « Création » de Haydn mise en scène, comme des concerts flash (courts) ou concerts fleuves, qui durent toute la nuit. Le détail du projet devrait être rendu public le mois prochain.

 

Leave a comment