Aurélienne Brauner, le violoncelle ou la vie _MG_6764ms-20130919070434-20140905222136 Full view

Aurélienne Brauner, le violoncelle ou la vie

PORTRAIT La violoncelliste Aurélienne Brauner est le plus jeune recrue de l’ONBA. Elle sera soliste du concert de dimanche dans le Concerto pour violoncelle de Haydn.

Violoncelle solo d’un orchestre national est un poste prestigieux. Celui de l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine est longtemps resté vacant, faute de prétendants à la hauteur. Le recrutement, l’année dernière, d’Aurélienne Bauner est une très bonne nouvelle pour les mélomanes et une fierté pour Bordeaux : c’est ici qu’elle a appris le violoncelle.

Le gambiste Paul Rousseau fut son premier professeur à Léognan. « Chose étonnante, se souvient-il, Aurélienne a peu avancé la première année. Elle était peu loquace même un peu renfermée. Elle observait. Et puis, d’un coup, l’année suivante elle a eu un départ incroyable montrant une grande faculté d’assimilation. Elle apprenait un petit concerto dans la journée. Je n’ai jamais eu un élève comme elle : jouer semblait une nécessité viscérale.»

Mitslav Rostropovitch
Fille d’un professeur à l’Université de Bordeaux, petite-fille de deux célèbres pédopsychiatres spécialistes des enfants victimes de la guerre, Aurélienne, née en 1984 est la septième d’une famille de neuf enfants. Musicienne prodigue, elle quitte Bordeaux a quinze ans pour le Conservatoire National Supérieur de Paris. « Après Paris, raconte Aurélienne de sa voix grave, je n’avais que 18 ans… J’ai préféré continuer mes études, notamment à Berlin pour approfondir la musique de chambre. » Elle retourne régulièrement en Gironde pour suivre entre autre une master-classe de la star du violoncelle, Mitslav Rostropovitch. « Il m’a dit que je jouais très bien et que j’étais jolie, se souvient-elle. Il faisait son numéro… mais c’était marquant quand même !»

Aurélienne jouera dimanche le Concerto pour violoncelle de Haydn, un « tube » de la musique classique. « Tous les violoncellistes ont un vécu avec ce Concerto, explique-t-elle amusée. Comme il est assez difficile c’est LA pièce qu’on joue aux concours de recrutement d’orchestre ! » Ca n’a pas loupé : c’est avec ce Concerto qu’elle a elle-même été prise à l’ONBA.

Depuis un an, Aurélienne prends ses marques dans son nouveau poste auquel sa formation l’a peu préparée. « C’est moins une question d’expérience que d’écoute et de réactivité », l’avait rassuré Etienne Péclard son ancien prof au Conservatoire de Bordeaux. « Le violoncelle solo est aussi chef de pupitre, analyse Aurélienne Brauner : c’est un travail d’équipe. »
Aurélienne partage le poste avec un autre jeune violoncelliste, Alexis Descharmes. Tous deux cultivent un goût pour la nouveauté, en jouant ponctuellement avec l’ensemble Intercontemporain, spécialiste de la musique contemporaine. « Aurélienne possède une jeu très moderne, une vraie puissance, assure Paul Rousseau. Et en même temps, tout ce qu’elle fait est expressif. Quand elle est derrière son violoncelle, ca vie en dépend ».

Dimanche 20 mars, 11, auditorium. 20 €. 05 56 00 85 95. Article paru le 15 mars 2016 dans Sud Ouest.

Leave a comment