PatKop à Bordeaux avec le Chamber Orchestra of Europe Patricia-Kopatchinskaja_scale_762_366 Full view

PatKop à Bordeaux avec le Chamber Orchestra of Europe

CONCERT – Ovationné l’année dernière, le Chamber Orchestra of Europe revient en concert à l’auditorium avec la violoniste Patricia Kopatchinskaia .

Le Chamber Orchestra of Europe avait fait grande impression en venant l’année dernière à l’auditorium de Bordeaux. Outre la qualité de cet orchestre réunissant des musiciens recrutés dans les grands orchestres européens, toutes les composantes d’un bon concert étaient réunies : la fougue, un programme bien pensé, un soliste d’exception (le pianiste Radu Lupu) et un chef fougueux, le moscovite Vladimir Jurowski.
La donne change légèrement pour le retour de l’Orchestre à Bordeaux ce mercredi : le chef Vladimir Jurowski, souffrant, est remplacé par Thierry Fischer. Ce nom n’est pas inconnu des Bordelais puisque ce chef suisse a déjà dirigé l’Orchestre national de Bordeaux. Ce qu’on gagne en maturité (Fischer a une décennie de plus que Jurowski), on ne le perd pas en fougue : Fischer fait taire tous les stéréotypes sur la lenteur des Suisses ! On pourra en juger avec la majestueuse 7e symphonie de Beethoven en la majeur, dont le solennel et vibrant deuxième mouvement fut bissé dès la création de l’œuvre en 1813.

L’émotion de l’imparfait
La soliste invitée du concert bordelais du Chamber Orchestra of Europe est un bijou d’énergie. Patricia Kopatchinskaia (elle nous autorise à l’appeler « PatKop ») est une violoniste passionnée et virtuose. Petite poupée moldave joufflue de quarante ans, elle a fait son éducation musicale à Vienne, autant dire à la Mecque du classique. Pour autant, elle aime bousculer les codes du classique en privilégiant l’échange et l’émotion à la perfection technique des singes savants du violon. Si elle joue les pieds nus, c’est pour mieux sentir les vibrations de la musique. A ceux qui s’attendent à trouver au concert la même perfection qu’au disque, elle répond par cette belle formule : « Il faut savoir apprécier l’émotion de l’imparfait. »

PatKop cherche à collaborer avec des musiciens qui partagent avec elle ce goût de la liberté et de l’engagement : le pianiste turc Fazil Say, le chef russe Theodor Currentzis ou encore le baroqueux Philippe Herreweghe (les Arcachonnais auront pu les entendre ensemble à l’Olympia l’an passé). On se réjouit à l’avance d’entendre PatKop dans le Concerto pour violon de Prokofiev, une œuvre faite pour vous tirer des larmes dès les premières mesures… et vous emporter dans un tourbillon d’émotions.

Mercredi 11 mai, 20h, auditorium. 8 à 55 €. 05 56 00 85 95.

Leave a comment