• Home  /
  • Oeuvres   /
  • Vidéo : Stegmann ou l’autre surprise de Haydn
Vidéo : Stegmann ou l’autre surprise de Haydn ivanilichaydn Full view

Vidéo : Stegmann ou l’autre surprise de Haydn

VIDEO – Le pianiste Ivan Ilić a créé la surprise avec la vidéo de son interprétation d’une très belle transcription d’une symphonie de Haydn… et la petite histoire qui va avec.

Les lecteurs de ce blog savent que je suis depuis longtemps le travail d’Ivan Ilić. Ce pianiste atypique (lire ici un article sur son travail sur Morton Feldman) nous a encore une fois surpris en publiant récemment une vidéo où il joue une transcription inédite de la symphonie n°44 de Joseph Haydn. Cette transcription de cette œuvre dynamique et enjouée est signée de Stegmann, un inconnu de la semaine… et presque du siècle !

Au supermarché
Tout commence par une histoire improbable, comme nous autres amateurs de musique classique les aimons tant, l’histoire d’une partition magnifique cachée dans un tiroir et qui se retrouve miraculeusement dans de bonnes mains. Veronika, directrice du bureau allemand du label Outhere, a mis la main sur cette partition à Cologne… dans un supermarché ! Elle sympathise avec une cliente du lieu qui lui parle de partitions dont elle a héritées. Une dame de 102 ans dont elle s’occupait lui a laissé ce cadeau dont elle ne sait que faire. Veronika hérite à son tour de ce gros cadeau et demande au pianiste Ivan Ilić d’y jeter un œil.

Dans un magasin de pianos à Cologne, les deux mélomanes découvrent une collection étonnante de partitions « pas le livre des nocturnes de Chopin que tout le monde a chez lui », s’amuse Ilić, mais cette transcription du début du XIXe siècle de la symphonie n°44 en mi mineur. « Elle nous a tout de suite touché, témoigne le pianiste. Je n’arrêtais pas de la rejouer. » L’art de la transcription est un des thèmes favoris des pianistes et des amateurs de piano. Entendre des grandes symphonies, des trios ou des œuvres vocales transcrites pour piano seul est souvent une expérience étonnante, permettant d’entendre des partitions sous une autre perspective. Parfois, les transcriptions deviennent plus célèbres que les oeuvres originales.

« Si les transcriptions des symphonies de Beethoven sont souvent jouées et enregistrées, commente le pianiste, celles de Haydn ont été plutôt délaissées. J’ai retrouvé trace de quelques versions pour quatre-mains de symphonies ou de musiques de chambre mais rien de bien dense. Celles de Stegmann, qui ont été publiées entre 1811-1826, n’ont pas eu un grand écho auprès du public. Pourtant Stegmann était un artiste très complet à la fois chef d’orchestre, claveciniste et chanteur. Ténor, il a participé à la Première de Don Giovanni en langue allemande. Il est cité dans plusieurs ouvrages spécialisés comme la Biographie universelle des musiciens de Fétis. »

 

Leave a comment