Stanislas de Barbeyrac : le ténor maitrise Stanislas de Barbeyrac©DavGemini Full view

Stanislas de Barbeyrac : le ténor maitrise

CONCERTS – Le ténor se produit vendredi 10 mars à la Cathédrale de Bordeaux et samedi 11 mars à Barsac (33). L’occasion de revenir sur sa formation et son futur.

Il est l’un des ténors français les plus en vue de la scène mondiale. « Révélation artiste lyrique » aux Victoires de la musique en 2014, Stanislas de Barbeyrac était en mars dans « La Flûte enchantée » à l’Opéra de Paris. Son agenda se rempli déjà pour 2021. C’est à Bordeaux qu’il a tout appris – ou presque – de l’art du chant. Il s’y produit ce soir à la Cathédrale de Saint-André avec les garçons et les filles de la Maîtrise de Bordeaux, dirigé par Alexis Duffaure. Avec d’autres artistes de la région, il donnera aussi demain soir un concert festif en l’église de Barsac, où il vit. Rencontre avec un artiste fidèle et généreux.

Chanter avec la Maîtrise vous rappelle des souvenirs ?
S. de B. : Oui ! J’y suis entré à 7 ans et j’en ai gardé d’excellents souvenirs même si le rythme était intense : deux à trois répétitions par semaine, un week-end par mois, les messes de l’école et parfois aussi à Notre-Dame. Il y avait aussi des stages à Pâques et la Toussaint. Et les programmes étaient costaud : Bach et Mozart. Un jour, à 17 ans, je suis parti en tournée avec la Maîtrise. J’ai voulu répété : plus rien ne sortait. Je faisais ma mue, un moment très troublant. Trois semaines sans un son. Je suis revenu au chant quelques années plus tard, au Conservatoire de Bordeaux. Ca ne m’a plus quitté.

Que gardez-vous de cette expérience ?
On apprend tout à la maîtrise : l’oreille et l’assiduité au travail. Cette capacité à rester des heures à travailler devant mon piano m’est toujours très utile. Devoir tout chanter par cœur est un entrainement formidable. ET j’ai gardé de la Maîtrise la joie d’être dans un groupe, d’écouter les autres.

Vendredi 10 mars vous chantez Tamino, le héros de « La Flute enchantée »… Votre rôle fétiche ?
C’est à la fois un tremplin, un cheval de bataille et un air qui me fait du bien. Je sens qu’il évolue : en mars dernier à Paris, il n’était pas le même qu’à Aix-en-Provence en 2014. Dans la grande salle de Bastille, j’ai pu aller plus loin dans l’héroïsme. Je peux imaginer chanter bientôt « Lohengrin » de Wagner.

Vous n’avez jamais chanté dans une production de l’Opéra de Bordeaux. Pourquoi ?
Nul n’est prophète en son pays ! J’y ferai bientôt mes débuts dans un opéra français. Marc Minkowski est un chef avec lequel j’aime travailler. Il m’a ouvert des portes.

Et samedi à Barsac vous retrouvez d’autres chanteurs professionnels de la région…
Nous sommes nombreux à toujours vivre ici : Romie Esteves, Julie Mathevet, Lionel Sarazin notamment, des anciens de la compagnie Opéra Bastide. Ce concert intitulé « Allons à l’Opéra »  aidera à financer la restauration de l’orgue de l’église de Barsac. Nous serons accompagnés d’un quatuor de musiciens de l’ONBA dans des airs de Mozart, d’Offenbach, de Bizet, de Gershwin même. Il y aura de l’émotion et de l’humour. Ce sera festif… et une dégustation est prévue à la fin du concert.

Vendredi 10 mars, 20H30, cathédrale de Bordeaux 12 et 15€, Gratuit pour les -12 ans. www.cathédra.fr
Samedi 11 mars à 20h30 à l’Église Saint Vincent de Barsac. 10 – 15 €, Gratuit pour les moins de 12 ans. 06 08 97 84 26 – parias.jp@gmail.com

Leave a comment