• Home  /
  • Oeuvres   /
  • « Le Timbre d’argent » ressuscité par l’opéra Comique
« Le Timbre d’argent » ressuscité par l’opéra Comique img_4371.jpg Full view

« Le Timbre d’argent » ressuscité par l’opéra Comique

OPERA – L’opéra comique met à l’affiche, du 9 au 19 juin, un opéra oublié de Camille Saint-Saëns : « Le Timbre d’argent » sur lequel se sont penchés l’orchestre Les Siècles et son chef Francois-Xavier Roth. 

Depuis 1914, un opéra de Camille Saint-Saëns (1835-1921) était tombé dans l’oublie : « Le Timbre d’argent » se fera à nouveau entendre du 9 au 19 juin à l’Opéra Comique à Paris grâce à François-Xavier Roth et à l’Orchestre Les Siècles dans une mise en scène de Guillaume Vincent.
« C’est un opéra extraordinaire. La musique est magnifique et je n’arrive pas à m’expliquer pourquoi on ne connaît pas encore cette musique », a commenté François-Xavier Roth lors d’une interview sur France Musique à propos de ce « Timbre d’argent ».

La naissance de cet opéra en 1877 ne se fut pas sous de bons augures : la guerre de 1870, des nombreux problèmes dans la distribution, le directeur de théâtre lyrique français qui voulait faire monter des animaux sauvages sur scène, un orchestre médiocre, des coupures réalisées sans l’accord du compositeur… Toutes ces contrariétés n’ont pas permis de révéler la beauté de partition. Le « Timbre d’argent » tomba dans l’oubli, malgré les avis positifs de George Bizet et Jules Massenet. Camille Saint-Saëns ne s’avoua pas vaincu et remania sa partition à de nombreuses reprises : quelques 50 ans séparent la première et la dernière version !

Le « Timbre d’argent » raconte l’histoire du pauvre peintre Conrad qui signe, la nuit de Noël, un pacte avec le diable. Il reçoit une clochette d’argent (un « timbre » d’argent) qui lui offre la richesse… mais l’amour de l’argent menace de lui faire perdre son âme. Le livret signé Jules Barbier, également auteur des « Contes d’Hoffmann » de Jacques Offenbach. On ne sera donc pas surpris de trouver comme rôle principal du « Timbre d’argent », une danseuse muette comme la poupée Olympia des « Contes d’Hoffmann ». Jules Barbier a également signé le texte de l’opéra « Faust » de Gounod, une autre histoire de pacte avec le diable.

France Musique captera et retransmettra le « Timbre d’argent » le 2 juillet dans le cadre de ses soirées lyriques. Après l’avoir donné à l’Opéra Comique, l’orchestre Les Siècles et son chef François-Xavier Roth enregistreront cette œuvre qui n’a jamais été immortalisée au disque.

Une partie de cet article est paru sur le site de Mécénat Musical Société Générale, mécène des Siècles.

Leave a comment