Mais qui est William Christie ? Bill Christie ©B.Pichene Full view

Mais qui est William Christie ?

FESTIVAL – Un grand nom de la musique baroque est de retour au festival de Saintes après plus de 20 ans d’absence. Qui est-il exactement ? Nous avons mené l’enquête.

Pour ce couple de festivaliers, cela ne fait aucun doute : « Il a été dans les années 1980, le grand découvreur de la musique française : l’opéra « Atys » de Lully et la musique de Marc-Antoine Charpentier. » Claveciniste, chef d’orchestre, musicologue français d’origine américaine, William Christie est, avec Jordi Savall et Philippe Herreweghe parmi les « baroqueux » les plus connus du public.

« Bill » pour les intimes, est de retour au Festival de Saintes après 23 ans d’absence. Pourquoi si longtemps ? « A l’époque, témoigne une festivalière très informée, la concurrence entre Philippe Herreweghe et William Christie était très vive. » La hache de guerre entre les deux maestros a perdu de son tranchant. Herreweghe, qui dirigea longtemps le Festival, parle aujourd’hui de son collègue en terme très… pesés : « On s’est un peu éloignés. Il avait ce penchant pour la musique française… moi pas trop. Il est encore celui qui la fait le mieux. » La musicologue Hélène Decis interrogée à la sortie d’une de ses conférences saintaises, est plus enthousiaste : « C’est le maître absolu de la musique française. Il a restauré ce répertoire comme on restaure un tableau qui devient plus vivant plus doré, plus coloré. »

Ce soir justement, Christie dirige la musique de Charpentier avec son ensemble les Arts Florissants, nom emprunté à un opéra du compositeur français. Charpentier n’était connu que pour son « Te Deum », hymne de l’Eurovision, jusqu’au travail de redécouverte engagé par William Christie. Un américain fasciné par la musique française était une curiosité ? «  Nous les Français ne faisons pas toujours attention à notre histoire, explique Stefan Maciejewski, directeur artistique du Festival de Saintes et ancien chanteur des Arts Florissants à l’époque d’« Atys ». Les étrangers et surtout les Américains ont une certaine fascination pour Versailles. William Christie, homme de culture, étudiait la musique française dans sa jeunesse. Aujourd’hui étant naturalisé français la question ne se pose même plus : il est des nôtres ! »

William Christie dirigera également le Jeune Orchestre de l’Abbaye vendredi, une évidence pour ce musicien fortement impliqué dans la transmission. Il cède petit à petit les reines de son ensemble à Paul Agnew, qu’on entendra mercredi à Saintes. Et, A 72 ans, il continue de repérer et former de jeunes chanteurs dans son « Jardin des voix », académie qu’il anime en Vendée dans sa propriété dotée d’un jardin reconnu « jardin remarquable » par les Monuments historiques. Ce qui permet à la musicologue Hélène Decis une boutade : « William Christie ? Ce n’est pas un jardinier par hasard ? »

Lundi 17 et vendredi 21 juillet à 19h30 à l’abbatiale. 8 à 49 euros. Places à 1 euro pour les moins de 18 ans accompagnés d’un adulte. www.festivaldesaintes.org et 05 46 97 48 48.

Article réalisé Séverine Garnier avec Margaux Malé, Lauren Easum, et Lucas Bérard du Stage Blog du Festival. Paru dans Sud Ouest du 17 juillet 2017.

Leave a comment