« Un Break à Mozart », le Requiem version hip-hop à Bordeaux Kader Attou - La nouvelle creation de Kader Attou reunit sur un meme plateau la danse hip hop et la musique classique pour un "Break ö Mozart 1.1". La Rochelle, le 01 11 2016. PHOTO XAVIER LEOTY Full view

« Un Break à Mozart », le Requiem version hip-hop à Bordeaux

DANSE – Avec « Un break à Mozart », le chorégraphe Kader Attou et sa compagnie de danse hip-hop Acrorap soulignent la puissance émotionnel du Requiem de Mozart. Et sur scène : l’Orchestre des Champs-Elysées. A voir du 9 au 11 novembre, Grand-Théâtre de Bordeaux.

Des danseurs de hip-hop sur la musique de Mozart… le mariage de la carpe et du lapin ? Pas du tout ! « Un break à Mozart » est né d’un coup de cœur du chorégraphe Kader Attou pour la musique classique : « Même si je viens du bitume j’en écoutais enfant. Le hip-hop est une danse de l’appropriation : le headspin (figure ou le danseur tournois sur sa tête, ndlr) s’inspire de la patineuse et de la danseuse classique. Et cette musique me touche, tout simplement ! ». Kader Attou est un danseur et chorégraphe de hip hop qui a fondé sa compagnie Acrorap en 1989. Il est depuis 2008, le directeur du Centre chorégraphique de La Rochelle… le premier chorégraphe hip hop à diriger une telle institution.

Dans « Un break à Mozart 1.1 », Kader Attou fait danser sa compagnie Accrorap sur des airs de l’opéra « Don Giovanni » de Mozart et de son « Requiem ». Cette partition qui vient accompagner la Messe de morts est légendaire : c’est celle que Wolfgang Amadeus tentait de finir quand la mort est venue beaucoup trop tôt cueillir le génie dans son lit.

Une extraordinaire puissance dramatique se dégage de la partition, renforcée par l’énergie urbaine de la danse hip-hop. Les danseurs partagent la scène avec les musiciens de l’Orchestre des Champs-Elysées, des spécialistes de ce répertoire. Créé pour le Centre Chorégraphique national de La Rochelle, que Kader Attou dirige, « Un break à Mozart 1.1 » vient pour la première fois à Bordeaux.

Du 9 au 11 novembre, Grand-Théâtre de Bordeaux. 12 à 30 €. 05 56 00 85 95.
J’ai traité ce sujet dans ma chronique « l’actu du Sud Ouest » dans la matinale du samedi 4 novembre sur France Musique présentée par Clément Rochefort.

Leave a comment