• Home  /
  • Oeuvres   / Au disque   /
  • CD : magnifiques « Enfers » par l’ensemble Pygmalion et Stéphane Dégout
CD : magnifiques « Enfers » par l’ensemble Pygmalion et Stéphane Dégout Enfers-fond Full view

CD : magnifiques « Enfers » par l’ensemble Pygmalion et Stéphane Dégout

CD – Dans la foulée de leur tournée européenne en janvier 2018, l’ensemble de musique baroque Pygmalion, son chef Raphaël Pichon et le baryton Stéphane Degout publient l’enregistrement de leur programme « Enfers ».

Ce disque paru sous le label Harmonia Mundi s’articule autour d’airs composés pour la voix de baryton par Jean-Philippe Rameau à Christoph Willibald Gluck. Le chef d’orchestre Raphaël Pichon agence ces extraits d’opéras – « Hippolyte et Aricie », des « Boréades » ou de « Armide » – comme une messe des morts en six parties : Introït, Kyrie, Graduel, Séquence, Offertoire et Communion et In Paradisum. Cette idée est née de la découverte par Thomas Leconte, chercheur au Centre de musique baroque de Versailles, d’une messe de requiem du XVIIIe siècle composée sur des musiques extraites de « Castor et Pollux » et des « Fêtes de Paphos » de Jean-Philippe Rameau. Comme cette messe parodique écrit par un anonyme, « Enfers » mêle profane et sacré.

Le programme musical de « Enfers » s’accompagne d’un argument qui raconte la descente aux enfers d’un Tragédien, inspiré de la figure d’Orphée, patron des musiciens qui descendit aux enfers pour ramener sa femme Eurydice. Le Tragédien décrit son voyage et les émotions qui le traversent : peur, fébrilité, courage, humilité, etc. Si, sur scène, Stéphane Degout était seul aux côtés de Pygmalion, il est dans cet enregistrement, accompagné par d’excellents collègues : la soprano Emmanuelle de Negri, la mezzo Sylvie Brunet-Grupposo, les ténors Stanislas de Barbeyrac, Reinoud Van Mechelen et Mathias Vidal, le baryton Thomas Dollié et la basse Nicolas Courjal.

La collaboration entre l’ensemble Pygmalion et le baryton Stéphane Dégout se poursuivra par un autre enregistrement à paraître à l’automne 2018.

Leave a comment