Quand le vin se chante - Les Lunaisiens © Pacôme Sadek Full view

Quand le vin se chante

INTERVIEW – Musiciens spécialistes de la chanson, Les Lunaisiens donnent samedi un concert sur le thème du vin, dans le cadre de l’exposition « Le Vin & la Musique, accords et désaccords » à la Cité du vin à Bordeaux. Rencontre avec Arnaud Marzorati, fondateur des Lunaisiens.

Quelles chansons mettez-vous à l’honneur ?
La Cité du Vin m’a demandé de faire revivre l’ambiance d’un caveau chantant du XVIIIe et XIXe siècle et plus particulièrement Pierre-Jean de Béranger, le pape des chansonniers. « Poète national » sous la Monarchie de Juillet et le Second-Empire, Béranger a croqué son époque. Les membres de la Société du Caveau, la goguette la plus célèbre, tiraient une thématique au hasard et chacun composait autour d’elle. Un mot d’ordre : pas de politique Sinon on va s’engueuler (rires) ! Les membres du caveau sont des hommes issus de la bourgeoisie. Alors on parle des hommes et de la vie. Si on manquait à son devoir, on devait boire de l’eau ! Ce répertoire est mon combat : la chanson est poésie, rigolote et écrite sur le vif, entre deux verres.

Les chansons à boire ont-elles toujours existé ?
Sans doute ! On peut remonter la consommation de la chanson à boire au Moyen-Âge. C’est en tous cas une grande tradition historique. La chanson à boire n’est pas une chanson de « troisième round » pendant lequel on fait les fous. Elle n’est pas que triviale, mais aussi nostalgique, voire mélancolique et philosophique. Elle accompagne les différentes étapes de notre rapport à la boisson ! Avant même que l’un des présidents du Caveau ait fini son discours, il s’était déjà enfilé un magnum de vin… français bien sûr !

Chanter le vin, est-ce typiquement français ?
Non, mais il y a une tradition française très riche. Au XVIIe siècle La Société du Caveau est une institution très importante qui comptait par exemple des compositeurs comme Rameau. Partout, on a le goût de se réunir pour faire des chansons. Ce qui est français c’est de décrire le vin avec un certain vocabulaire, une vraie poésie sur la boisson.

« L’estaminet lyrique ». Samedi 19 mai, 20h, Cité du Vin. 12,80 et 16 euros. Tout public.
Exposition « Le Vin & la Musique, accords et désaccords », jusqu’au 24 juin, Cité du vin. 8 euros.

 

Article paru dans Sud Ouest du 16 mai 2018.

Leave a comment