• Home  /
  • Interpretes   /
  • Piano de lumière au festival de la Grange de Meslay

Piano de lumière au festival de la Grange de Meslay

FESTIVAL – Aux Fêtes musicales en Touraine, du 15 au 24 juin, le piano est roi. Normal : la Grange de Meslay, extraordinaire salle de concert estivale, a été repérée par le grand pianiste Sviatoslav Richter. L’édition 2018 programme le trop rare Arcadi Volodos, le subtile Nelson Goerner, le mystérieux Alexandre Tharaud, l’inventif Matan Porat. Le point sur le programmation.

Le festival de La Grange de Meslay se vit le temps d’un week-end. On vient de Tours par une route de campagne. Comme le pianiste Sviatoslav Richter, il y a plus de cinquante ans, on aperçoit la Grange au loin, fière et noble, c’est un ancien édifice religieux. Il faudra opté pour des concerts du jour et du soir afin d’observer le bâtiment sous plusieurs lumières.

Le festival ouvre avec un pianiste au jeu lumineux. Arcadi Volodos est du genre discret et réservé, un tempérament idéal pour comprendre les sonates de Schubert (la n°22 en la majeur D.959 et n°23 en si bémol majeur D.960) au programme. A un accordeur de piano qui préparait l’instrument sur lequel Volodos devait jouer le soir, le pianiste donna cette indication : « Je suis pianiste, pas fortiste ». De la douceur donc pour son concert du 15 juin à 21h. On comparera le lendemain avec le Schubert de Nelson Goerner, qui, bien que plus jeune, a un tempérament et un jeu clair proche de son aîné.

« Lux » : tel est justement le thème du programme de Matan Porat, le dimanche 17 juin à 11h. Ce pianiste inventif est souvent programmé à La Roque d’Anthéron et aux Folles journées de Nantes, des festivals qui Meslay ont pour directeur artistique Renée Martin. Matan Porat aime construire des programmes thématiques, pour prendre l’auditeur par l’oreille. Il jouera des œuvres au grès des heures de la journée : la lumière du matin rassemble Schumann, Debussy, Beethoven et sa Sonate “L’aurore”, le soleil de midi Scriabine et Debussy avec son célèbre « Prélude à l’après-midi d’un faune », le soir tombant appelle Ravel, « les Harmonies du soir » de Franz Liszt puis Bartók, Hosokawa et Charles Ives nous bercent pour la nuit.

Le deuxième week-end, les 20 et 21 juin, s’ouvre sur Les Quatre Saisons de Vivaldi qui cherchent également à rendre en musique l’idée du temps qui passe, de la lumière qui augmente et diminue au fil des jours. L’Orchestre de chambre de Lituani officie le vendredi 22 à 21h. Le lendemain, les esthètes se régaleront du visage lumineux de la soprano Raquel Camarinha. Avec le ténor Fernando Guimarães, le baryton Edwin Crossley- Mercer, et le pianiste Yoan Héreau, elle évoquera la joie et la lumière qui percent dans les brumes d’Europe de l’Est avec les lieder de Brahms et de Schumann, samedi 23 à 18h. Alexandre Tharaud achèvera le festival avec quatre Concertos pour piano de Johann-Sebastian Bach.

Du 15 au 24 juin, la Grange de Meslay, 8 à 31 euros. Abonnement : 2 week-ends (12 concerts) : 216 € / 6 concerts d’un week-end : 126 € / 3 concerts d’un dimanche : 63 €. Réservations : 07 88 99 21 44 et http://www.festival-la-grange-de-meslay.fr/

Leave a comment