• Home  /
  • A la Une   /
  • La Roque d’Anthéron va-t-elle sonoriser ses concerts ?
La Roque d’Anthéron va-t-elle sonoriser ses concerts ? img_0853.jpg Full view

La Roque d’Anthéron va-t-elle sonoriser ses concerts ?

REPORTAGE – La Roque d’Anthéron est le festival incontournable pour le piano. Des concerts en plein air sous une coque acoustique dédiée et le chant des cigales offrent une expérience unique pour les spectateurs comme les pianistes. Pourtant la modernité pourrait remettre en question le son naturel si cher au classique…

« La Mecque du piano ». Pour les mélomanes, se rendre au Festival international de piano de la Roque d’Anthéron, en Provence, à quelque chose du pèlerinage, la visite d’un lieu mythique, qui a fait entendre les grands noms du piano.

Entre mi-juillet et mi- août, les meilleurs pianistes classiques se succèdent sur la scène du parc : en solo, avec orchestre, à deux pianos et même plus : « au maximum j’ai en monté 12 ! », se souvient Denijs de Winter, l’accordeur attitré. C’était pour les 12 ans du festival crée en 1981.

Avec son tracteur « anti-secousses », l’accordeur transporte une dizaine d’instruments mobilisés pour satisfaire de grands interprètes. Chaque pianiste peut tester les pianos et faire son choix : un luxe qui les attirent ici. « La Roque est le festival dans lequel je peux inviter des facteurs de pianos à présenter leurs meilleurs instruments. Je le fais pas amour, par devoir, en hommage à ces artisants. Pour l’interprète c’est un grand confort. D’habitude, il y a un piano dans les salles où les festivals… et l’artiste doit faire avec ! , s’exclame Denijs de Winter.

Assis sur les gradins, un millier de spectateurs lève la tête vers une mystérieuse construction : l’impressionnante coque acoustique qui permet au son d’être entendu de tous. Pas de micro à La Roque d’Anthéron. « Dans la musique classique, le son naturel est privilégié, nous explique René Martin, le fondateur de La Roque, de La Folle Journée de Nantes et du festival ViaEaterna au Mont-Saint-Michel. Bach jouait dans des églises, des cafés, des salons. Les salles de concert n’existaient pas ! Aujourd’hui tout change : pour la Folle Journée à Tokyo j’organise des concerts de 5000 places. »

René Martin et son accordeur ont testé la semaine dernière une légère sonorisation pour deux concerts au théâtre antique d’Arles où la pianiste Maria João Pires « dialoguait » avec les prières du moine bouddhiste Mathieu Ricard. Pour vaincre le vent et l’immensité du lieu, douze petites enceintes ont servi discrètement de relais. Un succès pour l’équipe de la Roque. « Une telle sonorisation m’intéresse, confie Denijs de Winter, car j’ai pu retrouver la qualité sonore que j’entends dans mon atelier. Nous avons travaillé avec des ingénieurs du son de grande qualité. Pour le plein air, cela peut être pertinent car le son est porté par l’air et il peut varier en fonction de l’hydrométrie. Depuis trente ands que je travaille pour La Roque j’ai mes repères mais une sonorisation légère pourrait rassurer les pianistes inquiets de la pas être entendus. »

Pour le moment, les concerts à La Roque d’Anthéron restent fidèle au son naturel. « Même en plein air, justifie René Martin, cela crée une proximité entre l’interprète et le public. L’auditeur va chercher le son alors que dans la musique amplifiée le son vient à lui. » Cette relation intime est au coeur de l’expérience. Preuve avec le concert d’Arles « Il a demandé au public de se laisser envahir par la musique, raconte René Martin, de méditer sur la compassion, l’amour, l’amitié. Nous sommes ressorti avec une grande paix intérieure. »

jusqu’au 18 aout 2018. www.festival-piano.com

Leave a comment