• Home  /
  • Compositeurs   /
  • « 7 particules » : David Chalmin et Le Consort croisent baroque et électro
« 7 particules » : David Chalmin et Le Consort croisent baroque et électro Particules par le Taylor Consort et David Chalmin Full view

« 7 particules » : David Chalmin et Le Consort croisent baroque et électro

COMPTE-RENDU – Artiste « compagnon » du Lieu Unique de Nantes, David Chalmin fêtait par un concert le 27 novembre dernier la sortie de son album interprété conjointement avec l’ensemble baroque Le Consort, « 7 particules » (B Records). Nous y étions.

Pour son premier concert en tant qu’artiste associé au Lieu Unique, le compositeur, arrangeur et producteur David Chalmin a proposé une version live de l’album « 7 particules » qu’il vient de sortir avec Le Consort, ensemble baroque composé de Justin Taylor (lire ici), Théotime Langois de Swarte, Sophie de Bardonnèche et Louis Pierrard. David Chalmin s’amuse dans tous les genres. Issu du rock et des musiques électronique, celui qui fut le  guitariste du groupe Triple Sun est l’arrangeur des projets de Katia & Marielle Labèque : Star-Cross’d Lovers (lire ici) ou encore le dernier Amoria (lire ici).

Très mélodique et harmoniqueLe, le travail de composition de Chalmin, 38 ans, s’inscrit dans une tradition de musique populaire, qui va du baroque à la pop music actuelle, en passant par le minimalisme. « Il y a encore une multitude de possibilité avec l’harmonie et les rythmes classiques. », souligne-t-il lors de la rencontre avant le concert du Lieu Unique. Son union avec le Consort, ensemble baroque qui travaille sur instruments anciens, est issue de cette réflexion. « Les musiciens baroques ont une grande tradition d’improvisation ainsi que des liens forts avec les musiques populaires.» « Les basses obstinées de la musique de XVIIIe siècle pourraient servir de fondations à des chansons pop », renchérit la gambiste Louise Pierrard. Autre point d’accroche: l’importance du groupe. « le Consort sonne comme un groupe de rock, grâce à un gros travail communautaire. c’est ensemble qu’ils offrent le meilleur. », admire Chalmin.

« C’était le groupe idéal »
Mis en relation par une commande du festival de Pâques de Deauville et de la Fondation Singer, le compositeur et l’ensemble baroque ont eu le coup de foudre. « C’était le groupe idéal », confirme David Chalmin. En découle une création d’une vingtaine de minutes, intitulée « 7 particules », composée pour 7 instrumentistes en 7 parties. On y retrouve les quatre membres fixes du Consort (Justin Taylor au clavecin, Théotime Langlois de Swarte et Sophie de Bardonnèche au violon et Louise Pierrard à la viole de gambe) accompagnés par un traverso et un hautbois (Sylvain Sartre et Gabriel Pidoux lors du concert au LU) et du compositeur lui-même à la guitare électrique, aux synthés modulaires et au chant.

A l’instar du disque, chaque représentation de la pièce est introduite par des œuvres du répertoire baroque qui diffèrent selon les instrumentistes présents. « On cherche des pièces qui résonnent au mieux avec la musique de David », explique-t-on au Consort. Au Lieu Unique, Purcell, Dandrieu avec sa Sonate en trio en sol mineur (op.1 N°3) ou encore Haendel et Telemann avec sa Sonate pour traverso et hautbois (TWV 42 – e2) étaient mis à l’honneur. Le concert réussit à entrelacer ces deux univers temporels. Seul bémol, l’œuvre de Chalmin paraît un peu courte (une vingtaine de minutes) en comparaison de la multitude de pièces précédentes. Ce déséquilibre devrait être rétabli dans les mois à venir : « J’aimerai continuer à travailler avec le Consort pour rajouter des pièces contemporaines au répertoire », promet Chalmin. A noter : David Chalmin, tout comme les musiciens du Consort reviennent via d’autres oeuvres et formations dès la Folle Journée en janvier prochain ! (lire ici)

Leave a comment