Diego Matheuz : « De voir autant d’enfants jouer ensemble est toujours une grande joie » DEMOSMATHEUS_7 Full view

Diego Matheuz : « De voir autant d’enfants jouer ensemble est toujours une grande joie »

REPORTAGE – Chef invité à l’Orchestre national de Lille, Diego Matheuz dirigera à trois reprises le Bal de l’Empereur autour des valses viennoises, à l’occasion des fêtes de fin d’année. L’occasion pour le chef d’orchestre Venezuelien, qui habite désormais en Allemagne, de venir rencontrer les enfants du projet DEMOS, en répétition tutti mercredi 12 décembre, à la Condition Publique de Roubaix. 

L’Hymne à la joie raisonnent encore entre les cordes des jeunes musiciens, quand Diego Matheuz arrive dans la salle, tout sourire. Cette rencontre est pleine de symboles : le talentueux chef d’orchestre de 34 ans, originaire du Venezuela, a lui-même bénéficié du programme El Sistema, dont le projet Demos s’est inspiré. Et si une traduction de l’espagnol au français est nécessaire pour que les quelques 110 enfants puissent échanger avec Diego Matheuz, les musiciens en herbe semblaient bien trop excités de cette rencontre, pour se laisser impressionner par une simple barrière de langue.

« Pourquoi vous êtes devenu chef d’orchestre ? », « à quel âge avez-vous commencé la musique ? », « pourquoi les enfants d’El Sistema commencent à jouer sur des instruments en carton ? »… Les questions ont ainsi fusé pendant près de vingt-minutes, un jeu auquel le jeune chef d’orchestre s’est prêté avec amusement. Nous en avons donc nous aussi profité, pour lui en glisser quelques-unes à l’oreille…

Est-ce la première fois que vous entendez jouer les enfants du projet Demos ? Comment les avez-vous trouvé?
Diego Matheuz : Oui, c’est la première fois et je suis vraiment heureux d’être ici. Ils sont supers. Voir autant d’enfants chanter ensemble, jouer ensemble, faire de la musique ensemble est toujours une grande joie.

Avez-vous entendu des différences entre l’orchestre Demos et l’orchestre d’El Sistema ?
D. M. : Non, c’est la même chose. Nous jouons exactement les mêmes partitions pour commencer (ndlr : l’Hymne à la joie de Beethoven, entre autre). C’est vraiment très joli !

Que pensez-vous de ce qui se déroule actuellement au Venezuela ? Ne pensez-vous pas que la répression politique affecte El Sistema ?
D.M. : Non, c’est tout le pays qui est affecté par le pouvoir, pas seulement El Sistema… Et c’est vraiment dommage. Tout ce que j’espère aujourd’hui c’est que les choses vont rapidement s’améliorer.

Bal de l’Empereur, dirigé par Diego Matheuz, le 13/12 (20h), le 16/12 (17h), le 18/12 (20h) à l’auditorium du Nouveau-Siècle. Plus d’informations sur le site de l’Orchestre national de Lille.

 Crédits photos: Morgane Baghlali-Serres.

Leave a comment