Lucile Boulanger relève le défi Forqueray 5008 © Alix Laveau Full view

Lucile Boulanger relève le défi Forqueray

CRITIQUE CD – La jeune violiste Lucile Boulanger présente pour son premier disque le programme d’un récital imaginaire d’un grand nom de la musique française du XVIII° siècle : Antoine Forqueray.

A partir du règne de Louis XV, la basse de viole, instrument très apprécié par les musiciens français, est en difficulté face à l’arrivée du violon italien pouvant jouer des pièces très brillantes. Ainsi, pour pouvoir toujours jouer de cet instrument, pour lequel peu de répertoire est désormais écrit, les musiciens appliquent à la viole la virtuosité démonstrative du violon. Beaucoup de réappropriations, de transcriptions ont étés faites, en plus des nouvelles pièces s’inspirant des pièces pour violon.

Lucile Boulanger a joué avec les ensembles de musique baroque les plus fameux, des Talens Lyriques à Pygmalion, en passant par Correspondances. Elle aime également jouer en formation de chambre. Étoile montante de la musique baroque, elle est lauréate de plusieurs prix internationaux.

Dans « Les défis de M. Forqueray », son premier enregistrement paru chez Harmonia Mundi, Lucile Boulanger s’interroge sur le violiste qu’était Antoine Forqueray (1672-1745) : qu’elle pouvait-être la pratique instrumentale de celui qui, face à l’hégémonie du violon, écrivait des pièces compliquées pour la viole ? Elle s’est moins intéressée ici au Forqueray compositeur qu’au Forqueray interprète, jouant les oeuvres de ses contemporains : Michel Mascitti, Jean-Marie Leclair, Arcangelo Corelli.

Qu’est-ce qu’un compositeur de l’époque baroque pouvait jouer quand il n’écrivait pas ? On sait que le processus de création de Forqueray est influencé par le travail de ses contemporains, notamment italiens, style dont il est friand. On imagine facilement la pratique personnelle du musicien qui improvise sur son instrument, essaie de nouvelles choses, cherche, se fait plaisir à jouer. Les pratiques de musicien et de compositeur sont alors complémentaires.

Entourée de musiciens talentueux – le claveciniste Pierre Gallon, la gambiste Claire Gautrot et le théorbiste Romain Falik – Lucile Boulanger invente dans ce disque un récital imaginaire de sonates et de suites qui aurait pu être jouées par Antoine Forqueray. Il est connu que Forqueray jouait les pièces à la viole de Michele Mascitti, un violoniste italien très apprécié à son époque. Lucile Boulanger a donc suivi la même voie – la même voix – en adaptant sa Sonate II a violine solo e Basso pour l’ensemble qu’elle souhaitait.

Devant le clavecin de Pierre Gallon : le théorbiste Romain Falik, les gambistes Lucile Boulanger et Claire Gautrot.

Il n’y a priori pas de témoignages indiquant que Forqueray jouait également les pièces d’Arcangelo Corelli – néanmoins très connu à l’époque en France – mais cela n’a pas empêcher Lucile Boulanger de l’imaginer. A la viole, sa Sonate III opus 5 pour violon prends alors une nouvelle couleur, plus française.

Jean-Marie Leclair, auteur d’un traité de basse continue, semble avoir été un compositeur français important puisque Forqueray lui dédie une pièce La Leclair. A entendre cette pièce de genre censée faire le portrait de cet homme, Leclair semble assez heureux et d’humeur légère. De même quand les musiciens réunis par Lucile Boulanger interprètent la Quatrième suite  de Forqueray : tout est léger, aérien, sonne rond. Le timbre doux et chaud des violes nous transporte !

Le dialogue entre deux violes, aux voix emmêlées, aurait sans doute mérité d’être un plus compréhensible, mais cette ambiguïté nous permet de réfléchir sur les deux rôles de l’instrument : basse de viole soliste ou basse de viole continuiste ? La viole qui devient virtuose ne retarde t-elle pas son déclin, pour laisser finalement la place au violoncelle ?

Nathalie Niervèze

« Les défis de Monsieur Forqueray », Lucile Boulanger, sorti le 16 novembre 2018, chez Harmonia Mundi. Achetez sur Fnac.com et Quobuz.

Retrouvez Lucile Boulanger dans un programme « Forqueray l’italien », inspiré de l’album, avec Pierre Gallon, à la Folle Journée de Nantes le 2 février 2019 à 20h30 à la Cité des Congrès.


Leave a comment