• Home  /
  • A la Une   /
  • Metz : Loic Guénin ou la musique contemporaine qui fait du bien
Metz : Loic Guénin ou la musique contemporaine qui fait du bien « A web, a limb, a wire » @ Metz Full view

Metz : Loic Guénin ou la musique contemporaine qui fait du bien

COMPTE- RENDU – En résidence cette saison à la Cité musicale de Metz, le compositeur Loïc Guénin crée des rendez-vous conviviaux autour de l’expérimentation musicale. En janvier, avec l’ensemble l’Instant donné, sa création « A web, a limb, a wire  » a réjouit le public de Metz. Récit.

Loïc Guénin est un type intelligent. Ce compositeur né en 1976 a compris que la musique contemporaine avait besoin de faire oublier son image agressive, méprisante et excluante. Sa résidence à la Cité musicale de Metz est une croisade à la reconquête d’un public avide d’imaginaire, de surprise, de partage. Avec lui l’expérimentation musicale est sympathique… une révolution !

Loïc Guénin

Le 15 janvier dernier, Loïc Guénin ouvrait la soirée de création de son oeuvre « A web, a limb, a wire » par une prise de parole, histoire de « donner des clefs d’écoute ». Electro-accoustique, expérimentale, contemporaine, drone, noise… est-ce ainsi qu’il faut définir la pièce que l’on va entendre? Sans doute mais il est plus facile de commencer par les instruments impliqués : la flute, les clarinettes, l’alto, le violoncelle, un volume impressionnant de percussions, des claviers analogiques, des ordinateurs, mais aussi des « objets sonores » comme des feuilles d’érable sèches délicatement froissées !

La nature est souvent source d’inspiration pour Loïc Guénin et c’est la figure de la toile (« a web ») qui l’a fasciné : celle de la fibre de la peau, de la feuille (« a limb ») et même de la mer. « On retrouve cette texture au fond de l’océan, explique-t-il, dans ce qu’on appelle les tranchées, ces zones non explorées par l’humain. » Pour plonger le public dans le « noir unique » de ces tranchées, Loïc Guénin fait descendre les spectateurs sur le plateau de l’Arsenal de Metz, dans le noir évidemment. Alors que la musique n’a pas commencé, l’expérience est déjà là, à tâtons, les sens grands ouverts. Cette entrée en matière était déjà ce qui nous avait séduit chez Loïc Guénin dans son projet « Walden » (voir notre article ici).

Plongée au fond des océans

Séduisante est l’expérience musicale que propose « A web, a limb, a wire ». Assis sur des cousins autour des musiciens de l’Instant donné et de Noorg, l’ensemble de Loïc Guénin, les spectateurs se laissent aller aux profondeurs. Des infra-basses tournoyantes les bercent, puis viennent les sons des instruments, tous d’une rondeur extrême. Jamais l’auditeur n’aura peur de se faire surprendre par un cri strident, un bruit agressif, une dissonance rageuse… quel soulagement ! Soulagement qui permet la détente et l’exploration joyeuse de la création. Enfin, la musique expérimentale retrouve la jouissance du mystérieux !

La pièce de 42 minutes fait « remonter » l’auditeur sous la surface de l’océan dans « la zone libre ». A chaque étape, la lumière est un peu plus brillante, les gestes des instrumentistes plus distincts, les sons plus clairs. Comme un plongeur sous-marin, l’auditeur s’accroche à la musique comme à un fil (« a wire ») qui le ramène à la liberté. Les partitions graphiques de Loïc Guénin (photo ci-dessus) sont régulièrement déposées au sol par les musiciens, comme pour marquer délicatement les paliers. Parfois – l’auditeur s’en rendra compte une fois les applaudissement achevés – le mental part au large, oubliant le spectacle des musiciens qui s’agitent, et confirme que « A web, a limb, a wire » est une oeuvre percutante.

Avec l’ensemble L’Instant Donné : Mayu Sato-Brémeaud/ flûte, Mathieu Steffanus/ clarinettes, Elsa Balas/ alto, Nicolas Carpentier/ violoncelle, Maxime Echardour/ percussions et les musiciens de NOORG : Eric Brochard/ pédales d’effets, reverb a ressort, Loïc Guénin/ composition, claviers analogiques, objets sonores. Cette oeuvre sera reprise le 27 mars à la Scène nationale de Gap.

Prochain rendez-vous avec Loïc Guénin : FAIRE OUïR & DIRE n°2 avec la Cité Musicale de Metz : du bruit électronique. Avec L. Guénin / E. Brochard / EriKm / M. Chamagne, le 26 février, 19h, Caveau des Trinitaires, Metz. Info ici.

Leave a comment