PATKOP, L’ÉMOTION DE L’IMPARFAIT


La « violoniste au pieds nus » Patricia Kopatchinskaja confie dans ce portrait pour TGV Magazine un étonnant amour : celui des fausses notes !

(Cliquez sur l’image pour lire le texte)

Vous avez aimé lire cet article ?

Abonnez-vous à la newsletter de Classique mais pas has been, pour ne rien rater de l'actualité musicale!

Soutenez-nous !